Djibouti: La plainte de Housseinphilo au CPI crée une tension sur les réseaux sociaux et à Djibouti

guerre sur réseaux sociauxUn échange sur Facebook entre Housseinphilo et Leila Tourtour démontre à quel point cette plainte a secoué Djibouti et alimente énormément l’étonnement de beaucoup des djiboutiens sur les réseaux sociaux. Nous avons reçu ces échanges des communications le 18 décembre 2013.

16/12/2013 à 23:44

 Leila Tourtour

en tant que djiboutienne, je suis vraiment désolée de ce qui s’est passé à arhiba en 1991,et je compatis sincèrement à la douleur des victimes., mais accuser les gens sans preuve est une faute grave. Décidement cette atmosphère surchauffée propices à toutes les accusations, les dénigrement et les diffamations ne connaissent plus de limites sur la toile. tu semble exceller dans l’art de la démagogie et les méandres de la politique politicienne,je me permet de te rappeler meme si je ne connais pas exactement le contenu du dossier, les règles élémentaires de l’exactitude, de la clarté et de l’impartialité. ce n’est pas avec un appel à témoins qu’on constitue un dossier solide, je vois là une carence et un déficit de preuves tangibles, vous etes peut-etre un prof de philo mais aucun cas un juriste sinon déposer un dossier auprès du CPI et le faire aboutir il y a tout un monde ,mais bonne chance pour le marathon judiciaire monsieur houssein ibrahim Houmed. au lieu de mettre de l’huile sur le feu , d’égrener ce chapelet de haines et d’amertumes,de fissurer le tissu sociale déjà mis à rude épreuve, oeuvrez plutot pour le rapprochement , le pardon, l’amitié entre les différentes composantes de la société djiboutienne. En exhibant cette liste ethnique , partiale et selective tel un trophé, tu ne fais qu’attiser et éterniser la haine. Arrete de jouer au grand orchestre de la légalité mondiale

——————–

Chère Leila, Finalement, j’ai le regret de vous dire que vous ne le connaissez pas si bien que ça, votre cher frère Abdourahman Ali Kahin qui s’est revelé être un monstre à Obock en assassinant des civils afars. Les témoignages des officiers de police présent sur les lieux sont édifiants. Avez-vous une idée du système dans lequel il évoluait et dans lequel il évolue encore, ses accointances plus qu’intimes avec un pouvoir clanique délirant ? Avez-vous une idée de son origine clanique et la fonction qu’il exerçait entre 1991 et 1993, dans un climat de guerre civile et de haine inter-ethnique ? Quel a été son rôle avant, pendant, après la guerre?

La seule question qu’il faut lui poser est la suivante : combien de civils sont-ils morts, victimes de l’ordre qu’il a donné, lors de la tuerie d’Arhiba et de la guerre du Frud? Combien sont-ils morts directement de son fait ?

Puisque vous le connaissez tout de même, il vous a certainement entretenu de l’épuration ethnique afar : viols des femmes, massacres des civils, exécutions sommaires, crimes de guerre et d’autres formes d’atrocités commises sur les civils entre 1991-2013, par des procédés barbares.

Alors, laissez la justice faire son travail mais renseignez vous avant d’agir!

Cordialement. HIH

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :