Djibouti/Chine : Guelleh autorise Pékin à utiliser leur base militaire sans limitation d’activité comme les Américains et les Français.

Djibouti/Chine : Guelleh autorise Pékin à utiliser leur base militaire sans limitation d’activité comme les Américains et les Français.

Ad

Le 9 janvier 2020, le Président de Djibouti, Ismail Omar Guelleh, a reçu le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi au palais présidentiel.

Monsieur Ismaël Omar Guelleh a révélé que les relations de Djibouti avec la Chine se sont développées en profondeur et ont donné des résultats fructueux dans divers domaines. Djibouti considère la Chine comme un ami loyal et un partenaire indispensable. Le régime djiboutien a parlé en termes dithyrambiques du partenariat stratégique entre Djibouti et la Chine, et a remercié le gouvernement et le peuple chinois pour leur aide au développement économique et social de Djibouti. Djibouti attend avec intérêt d’élargir la coopération avec la Chine dans les domaines de l’économie, militaire et sécuritaire.

Wang Yi a déclaré que, sous les soins et la direction personnels du Président Xi Jinping et du Président Guelleh, le partenariat stratégique entre les deux pays a maintenu un niveau élevé de développement.

Dans le domaine économique, Wang Yi a dit : « nous favoriserons le développement coordonné du chemin de fer, du port et de la zone de libre-échange de Djibouti, et nous ferons de Djibouti une plaque tournante régionale pour les affaires, le commerce et la logistique. La Chine continuera d’appuyer le développement économique et social de Djibouti dans la limite de ses capacités. »

Mais, les tons élogieux de la discussion ont changé quand les discutions sont arrivées au niveau de la participation active de Djibouti du projet « Ceinture et route ». Wang Yi a fait savoir à Guelleh que Pékin considère Djibouti comme un bon ami, un bon partenaire et un bon frère, mais que la pression de certains pays sur le pouvoir djiboutien commençait à avoir des traces négatives sur l’avancée du projet précitée. » Wang Yi a fait savoir à Guelleh que Djibouti était à la fois un point crucial du projet « Ceinture et route » de Pékin, mais que c’est aussi un maillon faible en raison de la dépendance toujours importante de Djibouti envers des pays du Nord, de la présence des bases militaires des puissances occidentales et du risque de changement de pouvoir à Djibouti.

Avec un sourire au coin des lèvres, Ismaël Omar Guelleh rétorque à Wang Yi : « La Chine aura toujours des amis sûrs au pouvoir à Djibouti et pour ce qui est de la base militaire, vous pouvez l’utilise sans limite parce que les Américains et les Français exploitent les leurs sans nous demander des autorisations. »

Cette réponse de Guelleh donne clairement aux Chinois l’autorisation d’ouvrir à leur base militaire de Djibouti à leurs alliés, la Russie et l’Iran en particulier, pays avec lesquels Pékin a entamé le 27 décembre 2019 des manœuvres navales conjointes dans l’océan Indien et en mer d’Oman.

Sans oublier que l’actuelle tension entre les États-Unis d’Amérique et Téhéran amènent à certains pays d’être très vigilant sur les déplacements des navires de guerre iranienne parce que les forces navales iraniennes ont démontré leurs capacités d’action cette semaine en secourant un bateau de pêche en bois appartenant à des Indiens dans les eaux territoriales de la Somalie. Cette intervention de la marine iranienne est intervenue à quelques centaines de milles des côtes djiboutiennes. La marine iranienne a remis les pécheurs sauvés à la marine indienne.

Une tension entre Américain et Chinois sur le sol djiboutien est une chose négative à la sécurité du peuple djiboutien et au développement économique de ce petit pays, mais positive pour le régime clanico-mafieux de Guelleh parce que les regards du monde seront moins tournés sur les dérives de son régime mafieux.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared