Djibouti/Somalie : Les premiers éléments de l’enquête de l’attentat terroriste du 16 aout 2020 révèlent…

Djibouti/Somalie : Les premiers éléments de l’enquête de l’attentat terroriste du 16 aout 2020 révèlent…

Ad
La voiture qui a explosé l’hôtel ELITE – 16_8_2020

Vous pouvez voir dans cette image extraite d’une vidéo de la caméra de surveillance d’un centre de commerce situé non loin du lieu de l’attentat terroriste du 16 aout 2020.

Cette voiture n’a pas de plaque d’immatriculation et a les vitres teintées.

Plusieurs témoins, civils et policiers, ont vu la voiture qui a explosé à l’hôtel Élite faire les va-et-vient pendant plusieurs entre l’Hôtel en question et la représentation diplomatique de Djibouti à Mogadiscio qui est située dans la commune d’Abdul-Aziiz comme l’hôtel Élite.

Le kamikaze qui est aussi chauffeur de la voiture circulait avec une carte d’accès de NISA (Somali National Intelligence & Security Agency) officielle et portant sa photo ainsi que son nom.

Le chauffeur kamikaze s’est familiarisé avec les membres de la sécurité de l’Hôtel Élite afin de tromper leurs vigilances.

Le jour J, le chauffeur kamikaze a ramené dans la voiture cinq combattants d’Al-shabab habillés de l’uniforme de la police. Il a débarqué les combattants à deux pas de l’hôtel et puis il a foncé sur le bâtiment pour se faire exploser.

Les combattants d’Al-shabab en uniforme profitent du chaos et prennent d’assaut l’hôtel.

De premières analyses démontrent un trio dont leurs implications dans l’attentat ont des niveaux des responsabilités différentes. Ce trio qui comprend le NISA, l’ambassade de Djibouti à Mogadiscio et Hormuud ne sera jamais poursuivi dans cette affaire. Ce sont des policiers qui ont dupé par la carte d’accès de NISA ou des policiers qui ont touché quelques centaines de dollars qui seront des boucs émissaires.

Nos sources nous ont confirmé qu’il existe beaucoup des personnes qui ont été témoins, mais qui préfèrent garder le silence parce que l’attentat n’est pas simplement l’œuvre d’Al-shabab. Les instances de l’état somalien chargées de la sécurité sont mêlées ainsi que des entités tierces. Ce qui réduit la chance d’avoir la collaboration des témoins.

À suivre…

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared