Kenya : Les financements des occidentaux contre les terrorismes contribuent-ils aux violations graves des droits de l’homme dans ce pays?

Human Rights WatchUn Groupe de droits de l’homme a déclaré avoir des preuves solides que de l’unité de l’anti-terrorisme de la police du Kenya a réalisé une série d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées.

La recherche de Human Rights Watch menée entre Novembre et Juin a documenté au moins dix cas d’exécutions extrajudiciaires et de dix autres cas de disparitions forcées menées par l’unité de police anti-terroriste de Kenya.

Au moins onze cas de mauvais traitements et de harcèlement des suspects ont également été documentés.

Le rapport de Human Rights Watch annonce que les suspects ont été abattu dans les lieux publics, enlevé des véhicules et des salles d’audience, agressés lors de leur arrestation et privés de tout contact avec leurs familles et l’accès à des avocats.

Plusieurs dignitaires musulmans ont été abattus sur la ville côtière de Mombasa, y compris Cheikh Aboud Rogo et Abubakar Makaburi accusé de soutenir les combattants et les idéologies d’Al-Shabab, mais le gouvernement a nié toute implication.

L’unité antiterroriste de la police kenyane reçoit un financement et une formation importante des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

« Les donateurs doivent mener leurs propres enquêtes sur ces abus et de suspendre leur aide aux forces abusives, ou risquent d’être complices de la culture de l’impunité au Kenya », a dit le groupe des droits de l’homme.

Le Kenya a connu des vagues d’attaques terroristes depuis que ses troupes sont entrées à l’intérieur de la Somalie en Octobre 2011.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :