Djibouti : Les travailleurs civils djiboutiens de l’armée américaine du camp Lemonier sont victimes de la sauvagerie de la famille Del-Wais.

Djibouti : Les travailleurs civils djiboutiens de l’armée américaine du camp Lemonier sont victimes de la sauvagerie de la famille Del-Wais.

Ad
DEL-WAIS ET LA MAFIA

La famille Del-Waiss et particulièrement, le président de Halt Group, M. Said Del Wais, est devenu une machine de blanchiment d’argent public pour le compte de leur oncle, Ismaël Omar Guelleh, président de la République de Djibouti.

La compagnie Halt Group chapeaute huit sociétés (https://human-village.org/spip.php?article153) activent dans différents secteurs économiques du pays. Celle qui nous intéresse actuellement est « Employment Agency of Djibouti – EAD ». La société EAD est une agence de placement du personnel. Elle a obtenu un contrat auprès du camp Lemonier d’où elle gère une partie des travailleurs civils djiboutiens employés auprès des armées américaines stationnées à Djibouti.

Autre que Saïd, trois de la fratrie Del-Wais ont un rôle majeur aux calvaires administratifs, économiques et sociaux que l’EAD fait subir aux travailleurs civils du camp Lemonier :

1 — Mouhiyadine Del-Wais, Ressources humaines ;

2 — Ladan Del-Wais, comptable ;

3 — Ali Del-Wais, Directeur administratif et financier à l’EAD et également Directeur au ministère de l’Agriculture et de l’élevage.

La famille Del-Wais, étant l’un des acteurs sûrs des réseaux des blanchiments d’argent de la mafia djibouto-somalienne dirigée par leur oncle, Ismaël Omar Guelleh, peut se permettre de bafouer la loi et les droits des travailleurs sont être inquiétée par la justice de Guelleh. Ils sont même mieux protégés par la justice de Guelleh par rapport les victimes sur lesquels ils se torchent les pieds chaque jour.

La liste des violations est longue, mais voici quelques transgressions aux règlements de travail que nous avons pu récolter auprès des employés susmentionnés :

1 — Repos maladie.

 La société EAD a mis sa propre loi en place, c’est-à-dire 15 jours au maximum par année. Si tu bénéficier un repos maladie de plus de 15 jours l’employé n’a plus droit un salaire donc aucune cotisation sociale, aucune couverture sociale pour le travailleur ainsi que son épouse et ses enfants. Des travailleurs qui ont subi des opérations chirurgicales, hospitalisés pour plusieurs mois et mis en repos maladie pour plus d’un mois, ont été obligés de vivre avec les cotisations réalisées entre collègues pour couvrir les soins et les besoins de la famille. C’est une violation flagrante du code de travail.

2 — Les cotisations sociales à la CNSS.

Il n’y a pas un trimestre sans que la CNSS ne suspende les prestations à l’ensemble des travailleurs ainsi que leurs familles et pour cause les cotisations sociales prélevées à la source sur les salaires par les Del-Wais n’arrivent pas dans les caisses de la CNSS. À titre d’exemple, en 2019 à 2 reprises d’une période de 10 jours chacune, la CNSS avait refusé les soins aux travailleurs et leurs familles.

3 — Congé annuel.

Les indemnités de congé sont payées seulement 2 fois par année (février et aout). Donc si tu pars en congé avril tu reçois le salaire des congés en aout. Du coup personne ne part en congé faute de moyens.

4 — Indemnité de licenciement ou de départ.

Personne ne reçoit d’indemnité en cas de licenciement ou de départ volontaire. L’inspection n’a rien pu faire et te conseille simple de porter l’affaire devant le tribunal du travail.

5 — Prime de transport.

Le transport en commun ne desserve pas le camp Lemonier donc l’employeur est supposé fournir un moyen de transport. Là aussi rien.

6 — Commission de discipline.

Aucune commission de discipline. Les délégués du personnel censé défendre le travailleur ont été mis à la touche. Donc l’employé se fait licencier pour un oui ou pour un non.

7 — Liberté syndicale.

Le syndicat des travailleurs du camp Lemonier subit des répressions et les harcèlements permanents de la part de la famille Del-Wais. Le syndicat a porté les revendications de travailleurs jusqu’à la présidence de la république et en vain.

8 — les recrutements des travailleurs.

Avant l’arrivée de la société de la famille Del-Wais au camp Lemonier tous les employés décédés ou atteints de maladies causant l’incapacité de continuer à travailleur étaient systématiquement remplacés par leur une personne de la famille de l’employé sortant. Le syndicat avait conclu un accord de ce genre avec les anciennes sociétés américaines chargées de la gestion du personnel civil du camp Lemonier, mais depuis l’arrivée de la famille Del-Wais cet » accord est enterré.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared