Djibouti/Éthiopie : Les biens mal acquis de Hassan Gouled Aptidon et des membres du régime de Guelleh en Éthiopie.

Djibouti/Éthiopie : Les biens mal acquis de Hassan Gouled Aptidon et des membres du régime de Guelleh en Éthiopie.

Ad

Depuis l’indépendance, le 27 juin 1977, Djibouti baigne dans la corruption, les détournements des deniers publics et les abus de tout genre.

Le premier parrain de la mafia Djibouto-somalienne fut le premier président de la République de Djibouti, feu Hassan Gouled Aptidon. Il avait créé la secte dénommée « Della Gran Loggia del Gibuti ». Cette secte qui travaillait avec la mafia renommée, la Ndrangheta qui est une organisation mafieuse de la région de Calabre, située dans le sud de l’Italie.

Les biens mal acquis de Hassan Gouled Aptidon en Éthiopie.

Dans plusieurs pays, la Somalie de feu Mohamed Siad Barre avait acheté des terrains pour bâtir leurs représentations diplomatiques. En Éthiopie, à Addis-Abeba, Mogadiscio avait acheté dans le quartier de Bole un terrain qu’ils ont bâti leur ambassade. Après la rupture diplomatique entre la Somalie et l’Éthiopie en 1977, Mohamed Siad Barre a offert le terrain et le bâtiment de l’ambassade construite dessus à la République de Djibouti. Le président de la République de Djibouti de l’époque, feu Hassan Gouled Aptidon, avait préféré mettre à son nom propre le titre foncier du bien de l’état somalien susmentionné. Feu Hassan Gouled Aptidon a arnaqué à la fois la Somalie, propriétaire du bien en question, et la république de Djibouti que Mogadiscio avait officiellement légué les biens fonciers. Hassan Gouled Aptidon qui donnait l’image d’un doyen était sans discussion le maitre du clan Guelleh dans tous les domaines.

À l’époque, la source des disputes entre Houssein Idriss Gouled dit Seketoure et Ismael Omar Guelleh fut l’héritage des biens mal acquis de feu Hassan Gouled Aptidon. Les problèmes se sont estompés et ils sont devenus des bons amis quand les deux prédateurs se sont mis d’accord sur le partage des biens mal acquis de leur oncle président décédé.  

Les biens mal acquis des membres du régime djiboutien.

À côté de l’hôpital Peltier de Djibouti, le gouvernement djiboutien a attribué à l’état éthiopien une parcelle de terrain de 14 mille mètres carrés afin que ce dernier puisse bâtir leur représentation diplomatique à Djibouti. L’Éthiopie a utilisé la parcelle de terrain pour les intérêts de leur pays et le titre foncier est au nom de l’état éthiopien bien qu’à cette période Addis-Abeba était sous la direction du régime de TPLF qui était un système très corrompu.

En contrepartie de ce geste, l’état éthiopien a offert à la République de Djibouti deux parcelles de terrain, qui font ensemble 14 mille mètres carrés, aux quartiers chic de Bole et CMC, à Addis-Abeba.

5 mille mètres carrés (5000 m2) au quartier Bole, derrière le hall de Millenium :

C’est Dileita Mohamed Dileita, Abdi Ibrahim Absieh et Elmi Obsieh Waiss dit Johar qui se sont partagés et exploitent ce bien public malgré que le titre foncier est au nom de la république de Djibouti.

9 mille mètres carrés (9000 m2) au quartier CMC :

Le 9 mille mètres carrés a aussi été partagé et exploité par plusieurs membres du régime de Guelleh. Bien que le titre foncier est au nom de l’état djiboutien, comme le 5 mille mètres carrés, les personnes suivantes exploitent ce bien comme s’il s’était les détenteurs du titre foncier :

C’est Mahamoud Ali Youssouf, Ali Guelleh Aboubaker, Ilyas Moussa Dawaleh, Ali Daoud (il travaille au consulat de Djibouti en Éthiopie), Saleh Omar Guelleh, Youssouf Omar Guelleh, Djama Said Dawaleh et Iltireh – un capitaine du SDS (il parle simple arabe et Amhara) – il vit actuellement à Djibouti.

Les Éthiopiens ont entouré un mur sur la grande parcelle et ont planté devant un tableau sur lequel ils ont écrit : « ambassy of Djibouti. »

Mohamed Ali Youssouf, l’actuel ministre des Affaires étrangères a été stoppé à l’aéroport de Bole avec une valise pleine des billets de banque en dollars. Cet argent était destiné à la construction de la part qu’il s’est appropriée illégalement sur la parcelle de 9 mille mètres carrés précités.

Quand Elmi Obsieh Waiss dit Johar a voulu vendre, mais ce ne fut pas possible parce que les éthiopiens s’y ont opposé comme le titre foncier est au nom de l’état djiboutien.

Le nouveau siège de l’ambassade de Djibouti au quartier Bole, à Addis-Abeba.

La construction de l’ambassade avait commencé en 2015. Le neveu de Kadra Mahamoud Haid, Abdi Haybe, a eu l’ordre de faire signer Aboubaker, le payeur de l’ambassade — du clan Horoné/Issa — à signer un document de financement de 1 milliard fdj. Quand le payeur a refusé de le ratifier et il fut tout de suite muté à Koweït.

Les biens mal acquis de Kadra Mahamoud Haid en Éthiopie.

Kadra Mahamoud Haid, la première dame de Djibouti, possède deux bâtiments au quartier Bole, à Addis-Abeba. Le chargé à la gestion de deux bâtiments est son neveu Abdi Haybe, premier conseiller de l’ambassade de Djibouti en Éthiopie, mais qui a les vraies prérogatives de l’ambassade de Djibouti à Addis-Abeba.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared