Djibouti / Huawei: Mohamed Saïd Guedi tacle Ismaël Omar Guelleh sur les marches de la télécommunication en Afrique de l’Est.

Djibouti / Huawei: Mohamed Saïd Guedi tacle Ismaël Omar Guelleh sur les marches de la télécommunication en Afrique de l’Est.

Ad
wingu africa - TO7 Network

Mohamed Said Guedi est un Somalien originaire de Hargeisa qui travaillait comme ouvrier dans les business de la friperie à Djibouti. Grâce à un coup de pouce de feu, Djama Mahamoud Haïd, son cousin clanique, Mohamed Said Guedi devient un des hommes de main le plus appréciés auprès d’Ismaël Omar Guelleh, le président parrain de Djibouti.
Il s’est enrichi grâce au trafic en tout genre et aux business louches d’Ismaël Omar Guelleh. Il devient influent dès que Ismaël Omar Guelleh enregistre au nom de Mohamed Saïd Guedi la société de télécommunication, Somcable, qui a été créé avec un milliard de francs Djibouti qui sont sortis illégalement de la société d’État djiboutienne de télécommunications, Djibouti-télécom.
Comme Ahmed Osman Guelleh Arab de la société JSK il y a quelque temps, Mohamed Saïd Guedi s’est enfui de Djibouti quand il a constaté que sa vie était menacée. Suite à des investigations américaines à Djibouti, Mohamed Said Guedi a appris que Ismael Omar Guelleh et Kadra Mahamoud Haïd voulaient l’utiliser comme un bouc émissaire en cas ou les choses se compliqueraient.
Bien qu’il ne met plus les pieds à Djibouti depuis bientôt deux ans, Mohamed Saïd Guedi tente à travers des personnalités du régime de récupérer en catimini certains de ses biens restés à Djibouti.
Mohamed Saïd Guedi ne se limite à recouvrer ses biens (ses biens mal acquis) restés à Djibouti, mais travaille aussi et d’une manière intelligente sa vengeance sur le couple présidentiel de Djibouti, Ismael Omar Guelleh et Kadra Mahamoud Haïd.
Monsieur Guedi a dans un premier temps chassé de la société Somcable les ingénieurs et cadre djiboutiens qui y travaillaient, dont en premier un ex-directeur général de Djibouti Telecom, Abdourahman Mohamed Hassan dit Diïn qui représente les intérêts de Guelleh dans Somcable. Mohamed Saïd Guedi a, ensuite, construit à Berbera, en Somaliland, une station d’atterrissage des câbles sous-marins de télécommunication (Landing Station at Berbera) dont le propriétaire est la société Somcable.
Cette station d’atterrissage des câbles sous-marins de télécommunication à Berbera sera connectée au projet chinois connu sous la dénomination « Pakistan & East Africa Connecting Europe (PEACE) » qui est un système de câble privé de 15 000 km de long qui fournit à ses clients des services ouverts, flexibles et neutres vis-à-vis des opérateurs. Le système de câble PEACE conçu avec la dernière technologie de transmission 200G et la technologie WSS ROAMD BU, qui offre la capacité de transmettre de plus de 16 Tb/s par paire de fibres. PEACE est la propriété privée de la société PEACE CÂBLE INTERNATIONAL NETWORK CO., LIMITED, une filiale du groupe HENGTONG basé en Chine et fourni par Huawei Marine.
Ainsi, monsieur Guedi veut concurrencer le projet d’Ismaël Omar Guelleh dénommé « Wingu Africa et TO7 Network » qui sont des sociétés-écrans appartenant à la famille de Guelleh. TO7 Network est enregistré au nom de la fille du président de Djibouti, madame Fatoumo-awo Ismaël Omar, et Wingu Africa est une autre société-écran qui semble être déclarée à Chypre et gérée par un grecque.
Pendant son voyage de travail à Addis — Abeba en ce mois de janvier 2022, monsieur Guedi a réussi, grâce au concoure de son ami Ahmed Chideh, ministre éthiopien de finance, de convaincre l’état éthiopien que sa société Somcable est mieux placée pour gérer le centre des données d’Addis-Abeba « ITC Park Addis-Abeba » par rapport à Wingu Africa d’Ismaël Omar Guelleh.
D’après des sources de l’autorité éthiopienne des télécommunications, Mohamed Saïd Guedi a bien clarifié à l’état éthiopien que Wingu Africa et TO7 Network sont des sociétés-écrans appartenant à Ismael Omar Guelleh et ses enfants. Mais aussi que ces deux sociétés précitées de Guelleh sont des couvertures à Huawei Technologies Co., Ltd.
La guerre des marchés de « data center » en Afrique de l’Est entre Guelleh et Guedi est intéressante à suivre parce qu’elle ne reflète pas simplement l’hostilité naissante entre les deux hommes, mais démontrent aussi comment les sociétés chinoises peuvent conquérir les marchés stratégiques en Afrique via de simples sociétés-écran appartenant à la mafia ou des dictateurs.
Hassan Cher Hared


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared