Somaliland: l’Ethiopie offre à la Grande-Bretagne des terres en échange du port de Zeila du Somaliland – 1946

Ethiopia want Zeila - 6_8_1946Un document classé top secret au Royaume-Uni montre que l’Éthiopie avait offert à la  Grande-Bretagne une partie de la région dite Ogaden ou connu sous le nom  somalien Haud (zones proches de la frontière Somaliland) en échange du port de Zeila du Somaliland pour avoir un accès à la mer rouge en 1946.

Le document est daté du 6 Août 1946, et a été envoyé à Sir Norman Brook, le Gouvernement de Sa Majesté britannique par le secrétaire d’État aux Affaires étrangères et le secrétaire d’État aux Colonies :

1 – Les Ethiopiens sont venu avec une proposition qui consistée : si un couloir à la mer rouge, le port de Zeila au Somaliland britannique, leur était accordée, ils seraient à leur tour prêt à céder à une partie de l’Ogaden à la  Somaliland britannique en échange. Ils ont dit que l’Ethiopie était prête à organiser une conférence sur le lac Tana et la commission des frontières à se réunir une fois les exigences des gouvernements britannique en ce qui concerne la ratification des frontières avec  le Kenya et les frontières du Soudan sont résolus. Frontières  qui furent source d’ennuis depuis de nombreuses années.

2 – Qu’il serait utile pour la colonie d’examiner la proposition de l’Ethiopie pour un échange de territoire avec le  British Somaliland alors que les gouvernements du Kenya et du Soudan ont peu ou rien à offrir en échange de la ratification qu’ils cherchent.

3 – En ce qui concerne la Somalie britannique, les propositions éthiopiennes offrent de bonnes perspectives d’union , dans une très large mesure, l’exigence de longue date des tribus somaliennes britanniques pour un accès libre et non perturbé aux zones de pâturage essentiels à leur subsistance

4 Nous sommes inquiets , maintenant que le gouvernement éthiopien s’est engagé  à saisir l’occasion qui pourrait ne pas se reproduire , de corriger l’injustice faite aux tribus somaliennes britanniques par le traité avec l’Ethiopie de 1897. Ces tribus  ont quitté leurs pâturages sur le côté éthiopien de la frontière. Nous pensons donc qu’il est souhaitable d’ouvrir des négociations sur la base générale proposée par les Ethiopiens sans délai.

5 – En plus du seul intérêt de British Somaliland et nos relations avec l’Ethiopie, il y a aussi certains facteurs externes à prendre en compte. Le premier d’entre eux est l’avenir incertain de la Somalie italienne. Le territoire que les Ethiopiens ont offert à la Grande-Bretagne englobe les seules voies de communications terrestres utiles entre Somaliland britannique et italien, et serait d’une importance considérable si, à la suite du règlement éventuel des colonies italiennes, la Grande-Bretagne se retrouverait responsable du somali italien.

6 – Les réactions françaises doivent également être prises en compte, puisque le corridor proposé remplacerait l’Ethiopie pour la Grande- Bretagne à celui de la Somalie française voisine. En outre, l’objet de la proposition de l’Ethiopie est d’obtenir un accès direct à la mer rouge en court-circuitant ainsi le port français de Djibouti et le chemin de fer contrôlée par les français qui est actuellement le débouché commercial principal de l’Ethiopie. Il est donc probable que l’échange de territoire, si elle s’est concrétisée ne serait pas bien accueillie par les Français.

Ce document est de 19 pages et peut être acheté en ligne ici:http://discovery.nationalarchives.gov.uk/SearchUI/Details?uri=D7654785
HCH

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :