Djibouti/Somalie : Les combattants d’Al-shabab se dirigent vers Djibouti au secours de leur créateur.

Djibouti/Somalie : Les combattants d’Al-shabab se dirigent vers Djibouti au secours de leur créateur.

Ad

Depuis le début de ce mois de novembre 2019, les populations de la région Sanaag, région à cheval entre la Somaliland et le Puntland, relatent la présence des combattants d’Al-shabab dans cette région et particulièrement les villes de Gar-Adag et Ceelal.

Les populations de la région Sanaag avaient rajouté que des imams dirigeants ces combattants d’Al-shabab avaient stoppé à la sortie de la ville de Huluul des vieux nomades et doyens pour leur recommander de soutenir les combattants de DIEU qui se préparent à porter le djihad ou jihad jusqu’à Massawa ou Massaoua, la ville portuaire d’Érythrée située sur la côte africaine de la mer Rouge, et même au-delà pour protéger les terres de l’islam aux mécréants des montagnes de l’Éthiopie et chasser de Djibouti et Berbera des envahisseurs chrétiens porteurs de mille et un péché. Une radio en ligne proche des groupuscules extrémistes religieux confirme dans son journal du 17 novembre 2019 l’arrivée des combattants d’Al-shabab en Somaliland (https : //radioalfurqaan.com/wp-content/uploads/2019/11/Dhuuxa-waraysiyada-17-11-2019-lite.mp3).

Les nomades qui ont pu parler avec les combattants ont confirmé que ces hommes avec l’accent somalien de Mogadiscio et d’autres semblé être des jeunes des régions de Puntland et de la Somaliland.

Mais depuis hier, les combattants semblent avoir traversé la région de Sanaag pour rentrer à la région Togdheer dont la capitale est Burao. Des villageois et des nomades de la ville de Sheikh attestent la présence des combattants d’Al-shabab dans les monts Golis.

Les monts Golis estimés à une altitude de 1400 mètres au-dessus de la mer sont situés à une soixantaine de kilomètres de Berbera en allant vers l’Est, quatre-vingts kilomètres de Hargeisa en allant vers le Sud-Est et cinq cents kilomètres de Djibouti en allant vers le Sud. Ces monts Golis peuvent facilement servir un arrière base pour les opérations d’Al-shabab dans les régions Nord de la Somalie ou plus spécialement en Somaliland et à Djibouti.

Déjà la branche de Daesch somalien a depuis longtemps installé son QG dans les monts Galgala et ainsi arrive à résiste aux attaques de l’armée somalienne et ceux des aviations des forces occidentales présentes dans la corne de l’Afrique.

Ce qui est étranger, ces avancés d’Al-shabab vers le Nord de la Somalie et vers Djibouti coïncident avec des informations relayées dans la ville de Djibouti et auprès de la diaspora djiboutienne disant que l’armée djiboutienne est très inquiète ces derniers jours en raison des menaces d’attaques potentiels pouvant provenir des éléments armés inconnus.

Ceci confirme que ce nouveau projet d’Al-shabab n’est pas chose anodin. Il suit un objectif précis et bien défini dont les régimes djiboutien et somalilandais savent d’avance son cheminement. Ce qui est sûr, ce que l’un des créateurs d’Al-shabab, monsieur Ismaël Omar Guelleh, a un rôle important dans cette avancée d’Al-shabab vers Djibouti. Ça peut être un message d’Ismaël Omar Guelleh destiné aux occidentaux dont il les prévient que si on lui empêche son cinquième mandat, il est capable de déstabiliser Djibouti et la région. Menace qu’il avait mise en exécution pour son premier mandat avec l’attentat du Café de Paris en 1999 avec l’aide du groupe extrémiste religieux, Al-ithihad.

Un petit extrait d’un rapport détaillant la création d’Al-shabab :

« C – Le président de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, est le créateur d’Al-shabab.

1 — Quand et comment la création d’Al-shabab avait pris racine à Djibouti ?

Il est indiscutable que le président de la République de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, est le créateur d’Al-shabab. La preuve le fondateur d’Al-shabab, Aden Hashi Farah dit “Ayro”, du clan Habargidir/Hawiye, tué en 2008 dans une frappe aérienne américaine, était à Djibouti pendant la Conférence nationale pour la Paix en Somalie(CNPS) ou conférence de paix somalienne d’Arta de l’an 2000. Monsieur Ayro et d’autres membres d’Al-Ithihad ont eu plusieurs fois des rencontres avec Ismaël Omar Guelleh. La plupart des dirigeants d’Al-shabab ont été ou sont, à la création, des ethnies Isaaq et Gadaboursi qui ont des liens avec Ismaël Omar Guelleh. Toujours en cette période de 2000, le porte-parole d’Al-ithihad, Abdillahi Ali Hashi, du clan Arabsalah/Darod, vivait à Djibouti sous la charge de l’état djiboutien qui lui avait octroyé une maison et un salaire gratuit alors que des citoyens djiboutiens crevaient des faims. Il existe une personne bien placée qui détient des informations sur les terroristes somaliens qui côtoyaient Guelleh, il s’agit de Abdourahman Mohamed Mahamoud Boreh, le financier de Guelleh pendant la conférence de paix somalienne d’arts de l’an 2000. Abdourahman, le businessman djiboutien, était chargé de payer les frais de séjours de certains terroristes somaliens.

2 — bref historique des mouvements extrémistes religieux en Somalie… »

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared