Djibouti/Coronavirus: Droit de réponse adressé à l’ambassadeur de Djibouti en France suite à la parution de son article sur Opinion…

Djibouti/Coronavirus: Droit de réponse adressé à l’ambassadeur de Djibouti en France suite à la parution de son article sur Opinion…

Ad
Ayeid Mousseid Yahya

Je soussigné Mr Abdallah Houmed Moussa agissant en qualité de militant de l’opposition de l’aile dirigée par Mohamed Kadamy, entend par la présente faire usage de droit de réponse à l’endroit de l’ambassadeur de Djibouti en France à la suite de l’article « coronavirus à Djibouti l’épreuve de la vérité » paru le 15 avril 2020. Monsieur l’ambassadeur, permettez-moi de rectifier le titre de votre article «  coronavirus à l’épreuve de la honte ». Excellence, votre obéissance passive à un régime autocratique, votre soif à l’éloge et aux critiques positives sont plus dangereuses que le Covid-19. Votre amateurisme est aberrant. Il est mesquin pour vous en tant que représentant de notre pays en France (pays de droits de l’homme), c’est votre devoir d’accepter les critiques même si elles ne sont pas en votre faveur. Accepter la critique, c’est accepter de renoncer à une forme de toute-puissance sur soi et sur les autres. Votre comportement étrange face à la tribune de Roukiya Mohamed Osman est consternant. Je constate que vous partagez la même volonté que votre « Maitre » de combattre avec plein d’ardeur et d’énergie tous ceux qui ne pensent pas comme vous, de les discréditer, dénigrer et museler toutes les voix discordantes. Et d’ailleurs, ce n’est pas une surprise pour nous. C’est une chose que vous ne réussirez jamais. Cette époque est révolue. 

En outre, vous citez le commentaire comme « un fait indéniable » de l’ambassadeur américain à Djibouti Larry André « Sachez qu’en ce qui concerne la lutte contre la menace posée par ce virus, votre gouvernement est un des plus performants au monde. ». La coordinatrice résidente des Nations Unies ainsi que le représentant de l’OMS à Djibouti qui pour vous « s’en sont fait l’écho dans les interactions régulières qu’ils ont avec le gouvernement » pour étayer la réussite exceptionnelle de la bonne gestion de la crise sanitaire à Djibouti. Pensez-vous que ces lesdits commentaires sont des indicateurs de réussite que la République de Djibouti a pris le dessus sur la pandémie en question ? Qu’en est-il de la réalité sur le terrain ? Que disent les chiffres ? Pourquoi le nombre de cas ne cesse-t-il d’augmenter de jour en jour ? (Voir les figures 1 et 2.) Encore, faut-il vous rappeler que l’ambassadeur des États-Unis à Djibouti n’est ni un spécialiste de santé publique ni le ministre de la Santé. Son commentaire personnel n’engage que sa propre personne, et elle ne devrait en aucun cas être prise pour un exemple de la bonne gestion de la crise du Covid-19 à Djibouti. 

Mlle Roukiya Mohamed Osman dans sa tribune a mis en lumière que le Coronavirus a été pris à la légère par le président IOG et son ministre de la santé, incompétent à la tête de ce département. Toutefois, ces mêmes responsables ont déclaré que le département de la santé était mieux préparé pour affronter le Coronavirus. À l’autre revers de la médaille, moins de prévisions et des scénarios ont été faits vis-à-vis de la gestion de la crise si jamais cette pandémie devenait hors de contrôle. L’analyse de Mlle Roukiya Mohamed Osman est objective, juste et impartiale. Ses craintes sont réelles. Monsieur, vous ne pouvez pas nier que la gestion de la crise a été un scandale. Vous déclarez que les mesures prises par le gouvernement de Djibouti sont «  conformes aux directives de l’OMS » et qui « s’inspirent »  des leçons « apprises des pays frappés par le coronavirus et qui ont su prendre les mesures préventives adéquates afin de contrôler sa propagation ».

Et, comment expliquez-vous la négligence et le laxisme de votre gouvernement qui a laissé passer volontairement les passagers de retour du vol du 14, 15, 16 et 17 mars 2020 sans mesure préalable, du danger que représentaient ces passagers pour la population djiboutienne ? Étant donné que certains passagers revenaient des zones à risques tels que la France, Turquie, etc. Normalement, ces personnes devraient être mises en quarantaine pour une période de 14 jours (période d’incubation) obligatoire même s’ils étaient asymptomatiques et ne présentaient aucun signe de la maladie. Souvenez-vous que la France et la Belgique ont isolé leurs ressortissants évacués de Wuhan pour une période de 14 jours de confinement obligatoire. Donc, qu’avez-vous fait pour le passager de retour à Djibouti ? Nada. C’est vraiment dommage vous pouviez éviter qu’une telle crise frappe notre population en plein fouet. Comment, expliquez-vous l’insouciance et l’irresponsabilité du président de la République qui a maintenu ses tournées dans les régions de l’intérieur pour préparer sa possible réélection ?

Mlle Roukiya a tout simplement pointé du doigt contre une possible grogne sociale. Vous niez cette vérité et en même temps vous soutenez la thèse que cette crise « aura des répercussions profondes sur la santé, l’économie et le bien-être des populations ». Aujourd’hui, sur les réseaux nous voyons défiler sur le fil d’actualité de dizaines des vidéos des appels à l’aide de la population que vous avez condamnée à la famine. Une punition collective s’abat sur une partie de la population fragile et insoumise de Balbala et des quartiers populaires qui ne cautionnent pas votre politique. Selon certaines sources seules, les personnes qui vous soutiennent et qui sont favorables à votre politique ont reçu en premier l’assistance alimentaire. Comme nous le savons tous, la majorité de nos concitoyens travaille dans le secteur informel, qui emploie plus de 75 % des femmes pour un « gain de pain ». Aujourd’hui, vous demandez à ces personnes de rester chez eux alors qu’ils se trouvent dans l’incapacité de payer leurs loyers et factures. La question est de savoir comment ces personnes pourraient survivre face à ce confinement total. Quelles sont les mesures symboliques prises par l’État ? Les Djiboutiens attendent des actions fortes qui pourraient alléger leur souffrance par exemple : l’exonération de prix de l’électricité, de l’eau et subvenir aux besoins des plus démunies sans détournement. 

Vous parlez de l’initiative du chef de l’État pour la mise en place d’un « Fonds d’Urgence et de Solidarité Covid-19 »  très bien ! Alors comment expliquez, que le président de la République d’une part appelle à la solidarité pour son peuple, et d’autre part accorde deux mois d’exemption de frais de manutention au fret éthiopien dont les recettes constituent une manne financière importante pour le pays. N’avons-nous pas besoin de cet argent ? Ou doit-on le considérer comme un cadeau offert à son pays natal plus durement touché par cette crise ? Pourquoi notre chère population ne mérite-t-elle pas un tel cadeau ? Pourquoi le président nous méprise-t-il ? 

À l’heure où le monde entier acclame leurs héros qui sont en première ligne pour combattre cette pandémie, l’histoire retiendra que votre gouvernement a arrêté et enfermé les vaillants infirmiers et infirmières qui réclamaient plus des moyens pour faire face à la pandémie et des primes qu’ils n’avaient pas perçues depuis plus de huit mois.

Mlle Roukiya Mohamed Osman, parle d’une communication ratée qui a débouché sur une « psychose » volontaire dans la mesure où les responsables ont agi comme des amateurs en publiant les photos privées des voyageurs de retour au pays. Me diriez-vous que c’est du professionnalisme, d’afficher les photos des personnes suspectées comme de covid-19 ? Est ce que le gouvernement a pensé aux conséquences qui pourraient en découler de cette publication des photos. Pour votre gouverne où sont donc les respects à l’intimité.

Abdallah Houmed Moussa


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared