Éthiopie : Qui tient le volant de l’appareil politique en Éthiopie ?

Depuis trois ans le jeune activiste, Jawar Mahammed, un oromo de Dire-Dawa, vivant aux États-Unis d’Amérique, via son WebTV – Oromia Media Network, a réussi à canaliser et renforce la révolte du peuple Oromo. Dans cette révolte le peuple Oromo revendiquait leurs droits le plus élémentaire.

Mais depuis qu’Abiy Ahmed Ali, un leader Oromo de l’ERPDF, est devenu le premier ministre les choses semble se radicaliser chez certains leaders Oromos. Par-ci et par-là on peut voir de temps à autre des cartes d’un état Oromia qui qui dépasse ses frontières actuels et s’accaparent des grandes territoires Somalie, Afar et Amhara.

Le 26 juillet 2018 Abiy Ahmed se rend en visite de 5 jours aux États-Unis d’Amérique et au cours de cette visite il rencontre la diaspora des communautés éthiopiennes vivant en USA. Des participantes oromos exposent une carte controversée de la future région oromo de l’Éthiopie. Une image qui a tant interloquée les participants Amhara, Somalie et Afar au grand meeting d’Abiy des États-Unis. En plus, à son voyage aux États-Unis, Abiy Ahmed avait comme second le président de la région oromo, Lemma Megersa.

Mais voilà que Jawar Mahammed, le lundi 6 août 2018, dans la pose de pierre d’une future station de son WebTV OMN à Ginchi, ville oromo situé à 81km d’Addis-Abeba en allant vers l’Ouest, la carte controversée d’une future nation oromo qui chevauche des régions Amharas, Afars et Somalis est coulée dans le socle de l’édifice.

De l’autre, le 07 août 2018, Abiy Ahmed a envoyé à Asmara Lemma Megersa, le président de la région oromo, et le ministre des affaires étrangères pour négocier avec la rébellion oromo OLF dirigée par Dawd Ibsa. D’après des sources éthiopiens, Lemma était l’homme qui menait officiellement les négociations comme se la délégation était à Asmara pour discuter un problème inter-oromo plutôt qu’une affaire nationale.

Le fait qu’Abiy Ahmed ferme les yeux devant une carte controversée qui est l’une des sources de la crise entre l’état fédéral d’un côté et les régions Amhara, Somali et Afar de l’autre côté, le fait qu’Abiy accorde plus de prorogatifs au président de la région oromo, le fait qu’il ne critique pas ou ne dénonce pas les attaques des oromos sur les régions Afar, Amhara et surtout Somali sont autant des éléments qui font douter les populations non oromo de l’Éthiopie.

Ces populations non oromo de l’Éthiopie font jusqu’à dire que c’est Jawar Mohammed et Lemma Megersa qui commandent le pays derrière le rideau et un régime oromo commence  à se mettre doucement en place.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.