Djibouti: Le tyran djiboutien Ismaël Omar Guelleh achève sa transgression…

IOG brade la nation et le peuple djiboutienAprès avoir établi un testament dans lequel il demandait officiellement à être enterré à Diré-Dawa, sa région natale en Éthiopie, Monsieur Ismaël Omar Guelleh, le tyran naturalisé en 1977 vient de franchir un pas supplémentaire en procédant à un honteux rattachement de la République de Djibouti à la République fédérale éthiopienne sous le fallacieux prétexte d’intégration économique. Le tout bien sûr sans consultation populaire comme d’habitude.

Un acte de délinquance et d’irresponsabilité politique pour cet ancien policier brutal et corrompu, affalé et gisant sur son lit de mort. Pour le tyran éthiopien, aidé dans sa folie meurtrière par son sous clan qui lui est totalement inféodé en vertu d’un clanisme de bas étage qui ne dit pas son nom mais qui a fait ses preuves dans tous les régimes ethnofascistes, la transgression est achevée. Guelleh a bien voulu témoigner sa reconnaissance à l’Éthiopie et dans son agonie, il a controuvé cette idée géniale qu’aucun djiboutien ne pourra pas tout simplement admettre.

Les Djiboutiens ignorent naturellement ces petits arrangements entre éthiopiens. Ils tiennent à leur souveraineté nationale et à l’intégrité de leur territoire que la génération de Diré-Dawa aimerait bien voir sacrifier sous l’autel des intérêts partisans.Cette énième opération d’un mort-vivant est aussi celle qui achève sa transgression et qui témoigne de sa haine à l’égard de l’entité djiboutienne qu’il n’a jamais supporté.

Mais il s’agit sans aucun doute de la situation d’un désespéré qui pense qu’après lui, Djibouti, c’est le déluge.

Ce sera au contraire la liberté enfin retrouvée…

Houssein IBRAHIM HOUMED


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :