Djibouti: LIBEREZ NOS OULEMAS !!!

Houssein Ibrahim Houmed dit housseinphiloLIBEREZ TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES!!!

En cette période de festivités de fin d’année 2013, notre priorité doit être le rejet pur et simple, par la pensée et par l’action, de toute forme de pensée fataliste ; nul n’est en droit de détourner son regard des vérités qui minent et d’agir en démissionnaire face à la difficulté. Refusons donc la paresse ou la démission intellectuelle!

Ce rejet de la facilité est le travail de chacun et de chacune d’entre nous qui doit accepter de se faire violence pour refuser la servitude volontaire.

Le plus odieux de ce que subissent, contre leur gré, nos sœurs et nos frères à Djibouti, c’est que chaque chef des meurtriers fait bénir intérieurement ses drapeaux et les balles assassines. Meurtrier qui invoque par avance le pardon d’Allah, solennellement avant d’aller se préparer à exterminer son prochain et les serviteurs de notre religion musulmane ; les Oulémas !

Comment peut-on accepter que l’on soit emprisonné en 2013 pour des supposés délits d’opinion concernant les Droits de l’Homme?
C’est pourtant ce qui se passe à Djibouti sous le régime de Monsieur Ismaël Omar Guelleh.
Comment peut-on tolérer que des Enfants, des Mères de famille, des Hommes soient incarcérés sous de perfides prétextes ?
Devrait-on se taire alors que des Femmes sont violées, des Hommes et des enfants torturés, assassinés et que l’on sait que tout est mis en œuvre ensuite pour faire discrètement disparaître leurs dépouilles à jamais ?
C’est ce que fait Guelleh par l’entremise de sa milice clanique et de ses mercenaires ; en toute impunité !

Comment accepter enfin que nos savants de la religion musulmane, les Oulémas, croupissent dans les geôles de Gabode, sous le motif qu’ils sont sensibles à toutes ces injustices subies par les populations et pour leur engagement en faveur de leurs frères et sœurs comme le prescrivent les versets du Coran ?

Pour ce réveillon 2014, mes pensées vont à tous les prisonniers politiques et en particulier à nos Oulémas qui sont détenus depuis février 2013 et sans procès à Gabode : Cheick Abdourahman Souleiman Bachir, Abdourahman Barkat God et Guirreh Meidal Guelleh.

Mobilisons-nous tous afin qu’ils ne puissent pas connaître le même sort que le professeur Mohamed Elmi Rayaleh, mort sous la torture en août 2013 !

Mobilisons-nous tous autour de nos oulémas pour que le dictateur n’ait pas le dernier mot !

Mobilisons-nous autour d’eux pour que triomphent les valeurs de liberté mais aussi de vérité et de Justice car leur seul crime est d’avoir dit la vérité et voulu la liberté pour TOUS les Djiboutiens et les Djiboutiennes !

Alors, je demande aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens d’agir, de ne pas laisser faire ces crimes odieux qui se perpétuent sous nos yeux.
Sachez que notre silence serait considéré et jugé par l’histoire de notre pays comme étant une caution complice ; un silence qui équivaudrait à une indifférence criminelle.

Si l’histoire doit retenir quelque chose comme une leçon, c’est aussi celle de l’engagement que nous devrons tout un chacun consentir pour éviter ces crimes.
Nos Oulémas risquent la mort, ils sont condamnés à mourir, Monsieur Guelleh l’a déjà programmé, il ne manque plus que la phase d’exécution : je pense que vous ne le laisserez pas faire !

Houssein IBRAHIM HOUMED (Housseinphilo)

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :