Lettre ouverte au Premier ministre de l’Éthiopie  au sujet de la future marine éthiopienne…

Lettre ouverte au Premier ministre de l’Éthiopie au sujet de la future marine éthiopienne…

Ad

Réf.  003/Ltr/Décembre.2019

Lettre ouverte au Premier ministre de l’Éthiopie et prix Nobel de 2019,

Son Excellence, Abiy Ahmed Ali – Office of the Prime Minister – P.O.Box 1031 Addis-Abeba – Ethiopia.

Son excellence,

Vers 2008, Ismaël Omar Guelleh, président de la république de Djibouti, et feu Meles Zenawi, Premier ministre de l’Éthiopie, avait discuté du projet de la réactivation de la marine éthiopienne. Déjà à l’époque Ismaël Omar Guelleh avait proposé à feu Meles Zenawi à ce que la base de la future marine éthiopienne soit à Djibouti.

Vu que l’initiateur de ce projet était plus Ismaël Omar Guelleh que Meles, Guelleh avait déjà commencé à travailler à la destruction de la marine djiboutienne. Par le Décret n° 2010 — 0229/PR/MET du 4 décembre 2010 portant création d’une institution civile de la Garde-côtes Djiboutienne, Ismaël Omar Guelleh a mis en place une police de mer qui va assurer la sécurité des côtes djiboutiennes le temps que Meles Zenawi prépare la marine éthiopienne qui doit remplacer celle de Djibouti.

Ce projet d’Ismaël Omar Guelleh a ralenti à cause des trois choses :

1 — Djibouti étant en guerre avec l’Érythrée donc Asmara y verrait comme une menace à sa sécurité ;

2 — La France dont on n’avait pas encore son avis sur projet d’invasion d’une force éthiopienne à Djibouti ;

3 — et Meles Zenawi affaiblit par ses problèmes de santé.

Début 2019, de hautes délégations des États-Unis d’Amérique sont venues à Djibouti et ont proposé au gouvernement djiboutien la réactivation et la modernisation de la marine djiboutienne. Avec une enveloppe de 35 millions de dollars US, la première phase de l’aide militaire américaine consiste l’octroi des formations de niveau académique à la marine djiboutienne et s’en suivrait l’octroi des navires de guerre et des matériels de la marine capables d’équipe la République de Djibouti d’un corps en mesure de défendre son territoire maritime.

Le président Ismaël Omar Guelleh a conseillé aux officiers de l’armée nationale djiboutienne et au ministre de la Défense djiboutien qui ont eu les réunions avec les émissaires américains de rejeter l’offre de réactivation et de modernisation de la marine djiboutienne parce que, d’après lui la future marine éthiopienne sera en charge de la défense de notre territoire maritime.

Le 2 décembre 2019, le média éthiopien en ligne, capitalethiopia.com, avait publié sur site web un article intitulé, Djibouti to host Ethiopia’s Navy. Dans cet article, le média en ligne avait révélé que la nouvelle marine éthiopienne serait basée à Djibouti et le siège du commandement naval sera à Bahir Dar, la région Amhara. Il a rajouté qu’au cours de son dernier voyage à Djibouti la troisième semaine d’octobre, la question de la base navale a été discutée par Abiy avec Ismail Omar Guelleh, Président de Djibouti (https://www.capitalethiopia.com/featured/djibouti-to-host-ethiopias-navy/).

Le 4 décembre 2019, l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Djibouti en Éthiopie et représentant Permanant auprès de l’Union africaine (AU) et la Commission économique pour I’Afrique, Mohamed IDRISS FARAH, a accordé une interview à la BBC en langue Somalie. L’Ambassade a confirmé l’existence des pourparlers entre Abiy Ahmed Ali et Ismaël Omar Guelleh sur l’installation d’une base navale éthiopien à Djibouti (https : //youtu.be/een49oRWOvQ).

Il y a autant d’information concordante cité dans cette lettre ouverte qui confirme qu’il existe un projet consistant à installation à Djibouti la base de la future force marine éthiopienne.

Pourquoi donc le président de Djibouti soutient ce projet ?

Ismaël Omar Guelleh sait qu’il ne peut plus rester au pouvoir à Djibouti et il veut que Djibouti disparaisse après lui. Guelleh veut vivre tranquillement loin de la justice internationale les restants de sa vie parce qu’il est l’un des principaux créateurs d’Al-shabab, il leur fournit des armes jusqu’aujourd’hui, il a et fournit des armes et de la drogue aux combattants en Yémen, il blanchit l’argent du terrorisme à Djibouti, il est impliqué dans plusieurs attentats terroristes comme celui du Restaurant LA CHAUMIÈRE à Djibouti le 24 mai 2014, il est le responsable direct des plusieurs massacres comme celui de Buldhuqo le 21 décembre 2015, il a détourné des milliards de dollars US à Djibouti, etc. (https://www.hch24.com/terrorismes-trafics/ ou https : //drive.google.com/open?id=19VHrunwMf__BSK-9z7TRz92Fz605YICY). Ismaël Omar Guelleh veut offrir Djibouti, sur un plat d’argent, l’Éthiopie pour qu’elle devienne une province de son voisin et ainsi il peut bénéficier de la protection d’Addis-Abeba pour les restants de sa vie.

Comment l’Éthiopie justifie-t-elle cette invasion militaire ?

Le corridor commercial Djibouti/Addis-Abeba existe depuis plus de 2 siècles et n’a jamais souffert d’aucun changement de régime, des menaces extérieures et son plein fonctionnement n’a jamais nécessité la protection d’une force armée et moins l’invasion de l’armée éthiopienne sur le sol djiboutien. Les Éthiopiens des plateaux du Nord de l’Éthiopie et des régions de l’Ouest et Sud ont toujours utilisé ce corridor des siècles avant la naissance d’Ismaël Omar Guelleh en Éthiopie et seront toujours les premiers bénéficiaires des siècles après la mort de Guelleh. La protection de l’accès commercial précité ne peut cependant justifier l’invasion du territoire djiboutien par des forces armées éthiopiennes. 

Les risques pour la région d’une force de la marine à Djibouti.

Presque 99 % de la population djiboutienne déteste Ismaël Omar Guelleh et la quasi-totalité de cette population vivant sous la terreur d’un régime mafieux qui ne sont pas d’accord avec l’arrivée à Djibouti d’une force marine éthiopienne. Plus large, les peuples Afar et Somali y voient comme une invasion militaire des Éthiopiens des plateaux du Nord de l’Éthiopie et beaucoup des pays de la région y sentent comme une menace à leurs sécurités.

Le rôle d’Abiy Ahmed Ali.

Son excellence Abiy, vous aviez martelé dans vos différentes interventions qu’une intégration économique, sociale et sécuritaire dans la région pourrait être un frein aux guerres, la famine et la pauvreté. Mais, cette intégration ne peut être atteinte que par la promotion de la démocratie, les dialogues et l’échange et non par l’invasion militaire d’un pays voisin souveraine dont son peuple souffre sous les jougs d’un système mafieux qui a développé de bonnes relations avec des organisations terroristes régionaux, tels que Al-shabab et Daesh somalien.

En conclusion, le peuple djiboutien, par la voie du Parti Démocrate Djiboutien — PADD — vous sollicite, Monsieur Abiy Ahmed Ali, Premier ministre de l’Éthiopie et prix Nobel 2019, de revoir votre projet d’installer une force marine éthiopienne à Djibouti en ignorant totalement l’avis du peuple djiboutien parce que ce projet fait pour servir l’intérêt d’un seul homme, Guelleh, sera une source de guerre dans la région de l’Afrique de l’Est.

Nous saisirons aussi par courrier l’Union africaine, la Ligue arabe, l’ONU et les pays amis qui ont des intérêts à Djibouti afin que la souveraineté de ce pays soit respectée.

En espérant que notre lettre saura attirer toute votre attention, nous vous prions de croire, Monsieur le Premier Ministre, en notre plus haute considération.

 En Suisse, le 15 décembre 2019

Hassan Cher Hared

Président du Parti Démocrate djiboutien — PADD

Copiés à : UA – Ligue arabe – ONU – France – USA – Chine – Somalie – Erythrée – Soudan, Égypte – Saoudite Arabie


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared