Djibouti : les trois traitres de la nation ont retiré la plainte sur les biens mal acquis déposée contre l’entourage de Guelleh.

Djibouti : les trois traitres de la nation ont retiré la plainte sur les biens mal acquis déposée contre l’entourage de Guelleh.

Ad
Les trois traitres de la Nation djiboutienne.

Dès le début, Ainan Sougueh Egueh avait trompé le groupe qui avait préparé le dossier sur les biens -mal-acquis. Il a usurpé le dossier et parti voir en catimini Abdourahman Mohamed Mahamoud Boreh sur conseille de Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss. Ainan Sougueh Egueh a utilisé, pour déposer la plainte, l’association « Collectif Européen de la Diaspora Djiboutienne » crée pour au début pour un projet social.

On pouvait lire sur le site web de l’organisation Sherpa « Sherpa et le Collectif européen de la diaspora djiboutienne (CEDD) ont déposé une plainte le 16 octobre 2018 pour abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption d’agents publics étrangers contre des membres de l’entourage du président de Djibouti, Ismaïl Omar GUELLEH, au pouvoir depuis dix-neuf ans. https://www.asso-sherpa.org/biens-mal-acquis-plainte-contre-lentourage-president-de-djibouti »

Dans cette plainte précitée, Abdourahman Mohamed Mahamoud Boreh avait participé en prenant en charge les honorais des avocats français qui montaient le dossier avec le collectif.

Fin 2018, Abdourahman Mohamed Mahamoud Boreh et Ismaël Omar Guelleh ont repris les discussions pour le retour d’Abdourahman Boreh à Djibouti. Dans leurs discussions Ismaël Omar Guelleh avait demandé à Abdourahman Boreh de retirer la plainte sur les biens -mal-acquis et en échange de l’annulation de condamné par contumace de M. Charles Boreh par la Cour Criminelle de Djibouti le 24 juin 2010 à 15 ans de réclusion criminelle pour « instigation d’actes terroristes et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

Au début de décembre 2019, Ismaël Omar Guelleh a ordonné à la Cour Criminelle de Djibouti d’annuler la condamnation d’Abdourahman Boreh et ce dernier a, de son côté, recommandé à Ainan Sougueh Egueh et Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss de retirer la plainte sur les biens -mal-acquis déposée contre l’entourage d’Ismaël Omar Guelleh.

Vu que le collectif européen de la diaspora djiboutienne (CEDD) était composé de 4 membres signataires, Ainan Sougueh Egueh et Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss ont falsifié la signature de deux autres participants, Keyre Dembil dit Boulboul et son épouse Ismahan. Ces deux victimes, Keyre Dembil et son épouse sont en train de voir avec un avocat pour porter plainte contre les trois traitres de la nation qui ont falsifié leurs signatures à leur insu.

Quant aux deux traitres de la nation, Ainan Sougueh Egueh et Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss, ils ont eu une promise de Boreh comme quoi ils recevront un versement de 700 milles euro et pour les rassurer Boreh leur a versé chacun 5000 euros d’avance.

Des sources à la présidence à Djibouti nous ont informés qu’Ainan Sougueh Egueh compte rentrer à Djibouti bientôt. Il sera installé dans un duplex à Haramous avec « salaire au lit ». Il sera chargé d’insulter sur internet les opposants parce qu’il maitrise l’internet et la langue française mieux qu’Omar Zohra. Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss va rester à Bruxelles pour continuer son travail d’infiltration de l’opposition avec sa cagoule « FPC » et il percevra un salaire à l’ambassade de Djibouti en Belgique en qualité de conseiller.

Au-delà des Djiboutiens, ces trois traitres de la nation, Abdourahman Mohamed Mahamoud Boreh — Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss et Ainan Sougueh Egueh, du sous-clan Reer-Galan/Yonis-Moussa, sont devenus ennemies de leur propre clan Yonis-Moussa qui les détestent plus Ismaël Omar Guelleh.

Ces trois traitres de la nation ne savent pas que leur déloyauté ne pourra casser le moral du peuple djiboutien et que des personnes, cette fois sérieuses, se préparent à relancer la plainte sur les biens -mal-acquis.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared