Djibouti: Expropriation des biens d’autrui, Obock non like Lughaya !

Mohamed Ahmed A vous de juger :

Informé par quelqu’un soucieux du sort des habitants de la région d’Obock du projet concocté à l’EDD pour résoudre enfin l’éternel problème d’électricité qui n’a apparemment pas dû à des problèmes techniques mais qui relève d’ordre politique.

En honnête citoyen, muni de ma patente de travaux publics et privé je me suis présenté pour postuler à l’offre jusqu’à là-gardé dans la plus haute secret dans le bureau concerné. L’occupant du bureau m’accueille avec froid et me demande farouchement d’où je tenais l’information.

Sidéré par la question, je répliquai qu’Obock ne se laissera pas faire !
Qu’est-ce que les obockois ont fait à DJAMA « le novice » qui a commandité l’assassinat du jeune Hafiz ?

Et comment tu crois qu’ils peuvent faire fassent à la décision du puissant Djama ? me demande ironiquement ce personnage et en toute arrogance.

Qu’a-t-il décidé votre « tout puissant » dis-je en gardant mon sang froid face à la bavure de cet individu mal saint.

Sourire aux lèvres : «  le patron me dit il a désigné déjà qui il veut pour entreprendre ses travaux. C’est l’entreprise « Mouhoumed » appartenant à son ami de longue date. »

C’est à ce moment précis que j’ai compris ce qu’il voulait me faire comprendre par la comparaison des Djamas :-en cas de protestation contre le diktat de Djama (Guelleh cette fois), Obock va dénombrer non seulement un mort mais plusieurs vu la « puissance du feu.»

Lui serrant la main, je lui promets que je serai le 1er à tomber sous les balles car ma vie ne vaut pas plus que celle de Hafiz, un jeune à la fleur d’âge.

A vous d’juger…

 

Hamadbaxa Mouskato

 

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.