Soudan du Sud: Les rebelles de Juba tiennent à Khartoum une conférence de presse hostile à ce premier.

rebelle sud soudanL’ambassade du Soudan du Sud à Khartoum a protesté d’une conférence de presse tenue par une délégation du mouvement rebelle SPLM dans la capitale soudanaise, en disant qu’il viole les accords bilatéraux existants.

Le Porte-parole du SPLM, Yohanis Musa Pouk, qui fait partie de la délégation rebelle qui est en visite à Khartoum pour préparer la visite prévue dans le pays de leur chef Riek Machar, a tenu une conférence de presse largement couverte par les médias soudanais le jeudi.

Pouk a blâmé Khartoum pour son refus de les soutenir en faisant valoir qu’ils ont le même ennemi, l’Ouganda, qui soutient l’armée de Soudan du Sud (SPLA).

Il a ajouté que Kampala se battait contre Machar et a allégué que les Ougandais à travers leur soutien aux groupes rebelles soudanais planifiaient un projet d’attaque contre le régime de Béchir à l’avenir.

Il a ajouté qu’ils peuvent attaquer et contrôler les zones de production de pétrole dans l’Etat du Haut Nil, mais leur chef Machar, craignant que les installations pétrolières connaissent de dommages au combat, ont arrêté leur progression vers les champs de pétrole situés près de la frontière soudanaise.

Réagissant à la présence de la délégation rebelle, l’ambassade de Soudan du Sud à Khartoum a publié une déclaration le samedi pour protester contre la conférence de presse de la rebelle et décrit une « violation flagrante de l’accord de coopération signé par les deux pays ».

L’attaché de presse de l’ambassade, Gabriel Deng a déclaré que le fait d’autoriser les rebelles à tenir des conférences de presse à Khartoum est incompatible avec l’accord entre deux pays sur la nécessité de cesser médias hostiles et de la propagande contre l’autre.

« Même les pays voisins n’ont pas été épargnés » de la critique de rebelles, a-t-il ajouté.

Le ministère soudanais du sud des Affaires étrangères a appelé vendredi le gouvernement kenyan à « réduire » ses contacts avec le groupe armé d’opposition du pays afin d’éviter la création de « lacunes dans bilatéraux » des liens.

Les commentaires viennent après qu’un groupe de députés kenyans ont critiqué le président Uhuru Kenyatta sur ce qu’ils ont décrit comme un « tapis rouge » la réception de Machar lors d’une visite de six jours dans le pays la semaine dernière

Machar a été reçu par Kenyatta à la State House à Nairobi, la capitale, où les deux dirigeants auraient discuté de la voie à suivre pour le processus de paix au Soudan du Sud.

Cependant, cinq députés kenyans protesté contre la décision de Kenyatta de tenir la réunion, le décrivant comme une «insulte» au président de Soudan du Sud, Salva Kiir.

La déclaration, qui montre la forme des contacts diplomatiques organisées par le SPLM avec les pays de l’IGAD et la frustration de Juba, vient comme devrait Machar à visiter Khartoum peu après son rencontre avec Salva Kiir, le 9 Juin.

Les responsables soudanais ont refusé de commenter la déclaration de l’ambassade.

Le ministère des Affaires étrangères de Juba à Khartoum a, le mois dernier, accusé le Soudan du Sud prétendument d’aider un groupe rebelle soudanais – Mouvement justice et égalité (JEM). Affirmant que leur participation confirme les liens de Juba au groupe rebelle du Darfour.

Khartoum affirme sa neutralité dans le conflit au Soudan du Sud et de prendre part à la médiation de l’IGAD à parvenir à un règlement pacifique de la crise en cours.

HCH


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.