Kenya: Fermer le camp de Dadaab, une « violation » des obligations de Nairobi

unhcrFermer le camp de Dadaab, où vivent 350.000 réfugiés somaliens, constituerait une « violation » des obligations internationales du Kenya, a estimé le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) en réponse à une demande du gouvernement kényan.

Le 12 avril, le gouvernement kényan a annoncé avoir donné trois mois au HCR pour rapatrier les centaines de milliers de réfugiés somaliens du tentaculaire camp de Dadaab, après le massacre de l’université de Garissa, revendiqué par les islamistes somaliens (148 morts dont 142 étudiants).

« Nous reconnaissons l’obligation du gouvernement d’assurer la sécurité de ses citoyens et des autres personnes vivant au Kenya, y compris les réfugiés », a déclaré une porte-parole du Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU, Karin de Gruijl, lors d’un point presse. Selon le HCR, une « fermeture abrupte des camps de Dadaab » et le retour forcé des milliers de réfugiés vers la Somalie auraient des « conséquences humanitaires et pratiques extrêmes ».
En outre, « ce serait une violation des obligations internationales du Kenya » et le HCR « ne faciliterait pas une telle démarche », a affirmé Mme de Gruijl.

Le Kenya accueille quelque 450.000 réfugiés somaliens, pour l’essentiel hébergés dans le complexe de camps de Dadaab (5 camps), le plus vaste au monde, ouvert en 1991. Des responsables kényans avaient déjà demandé la fermeture de Dadaab et le rapatriement de ses pensionnaires après l’attaque par un commando islamiste du centre commercial Westgate de Nairobi en septembre 2013 (au moins 67 morts), affirmant que le site servait de « camp d’entraînement » aux islamistes somaliens.
Le HCR avait finalement signé en novembre 2013 un accord tripartite avec le Kenya et la Somalie, facilitant le retour des réfugiés somaliens souhaitant rentrer chez eux.

AFP


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :