Soudan du Sud: combats de rue à Malakal, le conflit entre dans son 2e mois

rebelle sud soudanD’intenses combats de rues se poursuivaient mercredi entre l’armée et les rebelles sud-soudanais dans la ville stratégique pétrolière de Malakal, située sur les rivages du Nil blanc, alors que le conflit dans le jeune pays entrait dans son deuxième mois.

Les affrontements pour le contrôle de cette cité stratégique, capitale de l’Etat du Haut-Nil (nord-est), semblent être parmi les plus intenses depuis que les combats ont débuté au Soudan du Sud, le 15 décembre.

« Il y a des combats intenses à Malakal », a confirmé le porte-parole de l’armée, Philip Aguer. Selon lui, les rebelles menés par l’ancien vice-président Riek Machar, contrairement à ce qu’ils disent, ne contrôlent pas la capitale régionale.

Ils avaient lancé une nouvelle attaque mardi pour tenter de s’emparer de la ville, qui a déjà changé de mains deux fois depuis mi-décembre.

Selon l’ONU, qui a évoqué des batailles de chars, certains des 20.000 civils réfugiés dans le complexe local des Casques bleus ont été blessés par des balles perdues. La mission onusienne a précisé soigner des « dizaines de patients ».

Médecins sans frontières a de son côté indiqué avoir soigné 116 personnes blessées par balle dans le Haut-Nil, tout en expliquant que les récents combats à Malakal « limitaient » son accès aux déplacés de la région.

Selon des sources humanitaires et des analystes, ce conflit, parti d’une rivalité entre le président Salva Kiir et son ex-vice-président limogé en juillet, pourrait avoir déjà fait 10.000 morts, dont au moins 200 civils noyés dans le naufrage du bateau sur lequel ils fuyaient les combats à Malakal.

Quant aux déplacés, les Nations unies les estiment à 400.000, dont des dizaines de milliers ont trouvé refuge dans des pays voisins, notamment en Ouganda. Nombre d’habitants fuient des affrontements à caractère ethnique opposant la tribu dinka du président Salva Kiir aux Nuer de son rival Riek Machar.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a aussi accusé l’armée et les rebelles de voler des « stocks de nourriture et autres matériels humanitaires ». Le Programme alimentaire mondial des Nations unies a affirmé qu’au moins 10% de ses stocks avaient été pillés, l’équivalent d’un mois d’aide alimentaire pour 180.000 personnes.

L’armée sud-soudanaise essayait également toujours mercredi de reprendre la ville de Bor, capitale de l’Etat chroniquement instable du Jonglei (est).

Philip Aguer a répété ce qu’il affirme depuis une semaine: les troupes sud-soudanaises « marchent sur Bor ».

Dans cette zone, « la ligne de front est pour l’instant calme ce matin, mais des heurts peuvent éclater à n’importe quel moment », a-t-il estimé.

AFP

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :