Djibouti/Kenya/Conseil de sécurité de l’ONU : Le Kenya a obtenu 113 voix contre les 128 requises, tandis que Djibouti a obtenu 78 voix ce mercredi 17 juin 2020.

Djibouti/Kenya/Conseil de sécurité de l’ONU : Le Kenya a obtenu 113 voix contre les 128 requises, tandis que Djibouti a obtenu 78 voix ce mercredi 17 juin 2020.

Ad

Le Kenya attendra un jour de plus pour voir s’il peut obtenir le siège de membres non permanents des Nations unies au Conseil de sécurité de l’ONU. Elle a en effet recueilli 113 voix en battant son rival Djibouti lors du vote de ce mercredi 17 juin 2020. Djibouti, qui a mené une campagne de charme contre la candidature du Kenya, a obtenu 78 voix. Les votes kenyans ont cependant été inférieurs aux 128 requis pour remporter directement le siège.

Le Kenya et Djibouti cherchent à remplacer l’Afrique du Sud pour 2021-22. Pour obtenir ce siège, il faut le soutien des deux tiers des membres des Nations unies (129 voix) sur les 193 États. Si le Kenya remporte le vote de jeudi, ce sera la troisième fois que cette nation d’Afrique de l’Est siègera au sein de l’organe suprême de l’ONU.

L’Inde a gagné contre son challengeur en tant que représentant de l’Asie-Pacifique avec 184 votes. La Turquie a remporté la présidence de l’Assemblée générale.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a la responsabilité première du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Elle jouit de pouvoirs importants, notamment l’imposition de sanctions et l’autorisation d’actions militaires lorsque la paix internationale est menacée. Seuls cinq États membres des Nations unies — les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine et la France — ont des sièges permanents. Ils sont connus sous le nom de P5, tandis que les 188 autres États membres peuvent être élus pour des mandats de deux ans non renouvelables. Seuls 10 États membres peuvent occuper ces sièges non permanents à un moment donné, ce qui signifie qu’à tout moment, 15 États membres de l’ONU siègent au Conseil.

Alors que les décisions du Conseil sont prises à la majorité qualifiée, nécessitant le soutien de neuf de ses quinze membres, seuls les P5 peuvent individuellement exercer un veto pour bloquer une décision. Pour les deux sièges vacants parmi les États d’Afrique et d’Asie-Pacifique, trois candidats ont été communiqués, à savoir Djibouti, l’Inde et le Kenya. Parmi ces trois candidats, l’Inde et le Kenya étaient des candidats approuvés.

Le Kenya a déjà été membre du Conseil à deux reprises, en 1973-74 et en 1997-98. Lors de l’élection de 1972, l’Australie, l’Autriche, l’Indonésie, le Kenya et le Pérou ont été élus comme les cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations unies pour des mandats de deux ans à compter du 1er janvier 1973. C’était la première fois que le Kenya, l’Autriche et l’Indonésie se présentaient au Conseil. À l’époque, l’Assemblée générale comptait 132 États membres. Le vote s’est déroulé en un seul tour, le Kenya ayant recueilli 112 voix au premier tour.

L’élection de 1996 a eu lieu le 21 octobre lors de la 51e session de l’Assemblée générale des Nations unies. Le Kenya, le Costa Rica, le Japon, le Portugal et la Suède ont été élus par l’Assemblée générale comme membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations unies pour un mandat de deux ans à compter du 1er janvier 1997. Au total, huit candidats se sont disputé les cinq sièges. Seul le siège unique pour le groupe africain était incontesté, le Kenya était donc le seul candidat. Le vote s’est déroulé à bulletin secret et le Kenya a recueilli 172 voix sur le minimum requis de 112 au premier tour. Il y a eu 181 bulletins de vote à chacune des élections.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared