Éthiopie : Le barrage éthiopien aura un effet dévastateur sur l’Égypte, prévient un expert en eau

Barrage Ethiopien sur le NilLe barrage Renaissance de l’Éthiopie sur le Nil bleu va endommager l’Égypte à de nombreux niveaux, a averti le vendredi 11 novembre 2016 le professeur de ressources en eau de l’Université du Caire.

S’adressant à Quds Press, le professeur Nader Nouriddin a déclaré que le barrage va diminuer de 12 milliards de mètres cubes la portion annuelle de l’eau égyptienne du fleuve Nil. Les conditions de sécheresse dans le lac Nasser sont également probables, at-il ajouté.

Cela aura pour effet de rendre la pénurie d’eau en Égypte bien pire, a déclaré Nouriddin. En conséquence, tous les projets de réforme agraire et agricole sont susceptibles de s’arrêter à mesure que les réserves d’eau diminuent. Il croit que cela aura un impact négatif inévitable sur l’approvisionnement alimentaire dont l’afflation actuelle dans ce domaine de 55% pourra passer facilement à 70%.

Décrivant le barrage comme un mouvement « de pression »  de l’Éthiopie, l’universitaire a affirmé que son seul but était de priver l’Égypte de sa part d’eau du Nil. Il a souligné que le barrage lui-même est susceptible d’être endommagé par les grandes inondations qui se produisent tous les 10 ans environ. « Cela causera une catastrophe massive au Soudan et en Égypte. »

«Ce projet consiste en une série de quatre barrages qui pompent 200 milliards de mètres cubes d’eau dans le Nil bleu», a expliqué Nouriddin. « En acceptant le barrage Renaissance, nous acceptons automatiquement les autres barrages. » Nous devons demander ce qui restera pour l’Égypte, a-t-il dit.

Toujours d’après l’expert égyptien, l’Ethiopie a violé le droit international en 2007, elle a construit le barrage Renaissance. la loi prévoit la prévention des pays en amont pour établir un énorme barrage, en donnant les pays en aval jusqu’à un an pour répondre, en plus de lui fournir toutes les études relatives à la construction de ce barrage, et si l’Etat d’aval n’a pas répondu au cours de l’année, il est du ressort de l’ONU d’adopter une résolution pour commencer la construction du barrage ou non.

Il a souligné que l’Éthiopie n’a rien fait de ce qui précède, mais elle a débuté la construction du barrage, puis a commencé à mener des études après.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :