Ethiopie: Addis-Abeba accuse la CPI d’être un « instrument politique »

ethiopieL’Ethiopie a accusé la Cour pénale internationale (CPI), lors d’un conseil ministériel de l’Union africaine vendredi à Addis-Abeba, de devenir « un instrument politique » contre l’Afrique.

« Nous ne devrions pas autoriser la CPI à continuer à traiter l’Afrique et les Africains avec condescendance », a déclaré le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom, devant ses pairs chargés de préparer un sommet panafricain, samedi. Cette réunion devrait examiner les relations entre l’UA et la juridiction internationale sise à La Haye.

« Au lieu de promouvoir la justice et la réconciliation et de contribuer au progrès de la paix et de la stabilité sur notre continent, ce tribunal s’est transformé en un instrument politique prenant pour cible l’Afrique et les Africains », a-t-il dit.

La CPI a mauvaise presse en Afrique en raison du fait qu’elle n’a jusqu’ici inculpé et commencé à juger que des dirigeants issus de ce continent.

L’affaire est d’autant plus d’actualité que le procès du vice-président kényan, Willam Ruto, inculpé de crimes contre l’humanité pour son rôle présumé dans les violences post-électorales de la fin 2007-début 2008, a débuté à La Haye.

Celui du chef de l’Etat, Uhuru Kenyatta, poursuivi pour les mêmes charges, doit s’ouvrir en novembre.

L’UA, qui compte 54 Etats membres, soutient une demande de Nairobi pour que ces deux procès soient « rapatriés » au Kenya ou dans la région. L’organisation panafricaine a également demandé au Conseil de sécurité de l’Onu d’ajourner ces deux affaires, jusqu’ici sans succès.

A Londres, l’ONG Amnesty International a exhorté les pays africains à ne pas se retirer de la CPI.

« Une résolution en ce sens n’aurait aucun sens, (…) si ce n’est de céder face à ceux qui sont soupçonnés d’avoir commis certains des pires crimes contre l’humanité », dit dans un communiqué le directeur adjoint du département juridique d’Amnesty, Tawanda Hondora.

Aaron Maasho et Edmund Blair, Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser

reuter

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :