Éthiopie : le bureau des droits de l’homme de l’ONU réitère sa demande d’une mission d’enquête indépendante en Éthiopie et le Département d’état américain qui émet une alerte…

UNHRC - DROITS DE L'HOMMEExprimant les préoccupations sur de graves violations des droits de l’homme dans les régions d’Oromia et d’Amhara de l’Éthiopie plus tôt ce mois-ci, le chef des droits de l’homme des Nations Unies a exhorté aujourd’hui le gouvernement à assurer l’accès des observateurs indépendants dans les zones touchées et d’œuvrer à l’ouverture des réformes politiques et démocratiques.

Dans le contexte des rapports extrêmement alarmants sur les violations des droits de l’homme au cours de manifestations publiques du week-end de 6-8 Août 2016, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a appelé les autorités éthiopiennes de permettre à des experts des droits de l’homme à l’accès aux zones de conflit afin d’évaluer la situation.

« Nous nous félicitons de la décision de lancer une enquête indépendante, et nous demandons instamment au gouvernement de veiller à ce que l’enquête ait pour mandat de couvrir les allégations de violations des droits de l’homme depuis les troubles en région Oromia qui a commencé en novembre 2015, » a déclaré aux journalistes à Genève,  Ravina Shamdasani, porte-parole de l’Office du haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

Elle a ensuite souligné que l’enquête doit être «effectivement indépendante, transparente, approfondie et efficace, en vue de déterminer si l’utilisation d’une force excessive a eu lieu et en vue de traduire en justice les auteurs de toutes les violations des droits de l’homme. »

Le bureau des droits de l’ONU est prêt à aider à veiller à ce que l’enquête respecte les normes internationales des droits de l’homme. Cependant, elle a dit, il est essentiel d’avoir accès à des zones où ont été signalés des arrestations arbitraires, l’intimidation, l’élimination physique, tortures, et le harcèlement des personnes.

« Nous demandons au gouvernement de veiller à ce que les droits à la liberté de réunion pacifique et d’expression soient protégés et que les personnes détenues pour avoir exercé ces droits soient libérés sans délai», a déclaré Mme Shamdasani.

Elle a exhorté en outre le gouvernement à travailler à l’ouverture de l’espace politique et démocratique, y compris le secteur de sécurité, législatif, et les réformes institutionnelles.

De son côté le département d’état américain a émis un alerte pour les citoyens de son pays qui compte voyager en Éthiopie

Le Département d’état américain a émis une alerte de Voyage pour l’Éthiopie, le vendredi 19 août 2016 à cause des manifestations anti-gouvernementales, dont certains ont impliqué la violence.

« Les protestations sont susceptibles de continuer, et pourraient se propager à d’autres parties du pays, y compris la capitale, Addis-Abeba,  »  a publié le département d’état dans un communiqué. L’ambassade a révélé que les perturbations des services Internet  ont entravé sa capacité à communiquer avec les citoyens américains pressent sur le sol éthiopien.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :