Erythrée : Les Nations Unies s’engage à lancer une enquête internationale sur les violations des droits de l’homme en l’Érythrée

UNHRC - DROITS DE L'HOMMELe Conseil des droits de l’homme des Nations unies a décidé vendredi 27 Juin 2014 de mettre en place une enquête d’un an sur les droits de l’homme en Erythrée, semblable aux enquêtes de haut niveau précédents réalisés en Syrie, la Corée du Nord et au Sri Lanka.

Il a condamné ce qu’il qualifie de « violations généralisées et systématiques » par le gouvernement de l’Érythrée, de restrictions arbitraires à la religion, la détention de journalistes et une politique qui consiste de tirer pour tuer les citoyens qui tentaient de franchir la frontière. « Les violations graves des droits humains en Érythrée a été oublié pendant trop longtemps et l’ampleur des violations est sans précédent, mettant le pays parmi les pires situations des droits de l’homme dans le monde, » a déclaré l’ambassadeur Yusuf Mohamed Ismail de la Somalie, qui avait lancé l’appel pour une enquête.

Le groupe de 47Etats a décidé de mettre en place l’enquête sans vote, mais la Chine, le Pakistan, le Venezuela et la Russie ont indiqué qu’ils avaient des réserves, mais n’ont pas essayé de bloquer l’enquête. Les enquêteurs seront composés de trois fortes personnalités, Mme Sheila B. Keetharuth, le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme en Erythrée, et un expert de l’Afrique et un de l’Europe, a dit Mohamed Ismail. Keetharuth a nommé la conscription en Érythrée équivaut à un travail forcé indéterminée. Les gens qui résistent peuvent être tué sur place, a-t-elle déclaré dans un rapport au conseil.

L’envoi forcé dans les services de sécurité alimente un exode de la Corne de l’Afrique, et les Erythréens constituent désormais la nationalité la plus importante parmi les personnes qui fuient vers l’Europe à travers la Méditerranée, souvent dans des embarcations de fortune. L’agence pour les réfugiés des Nations Unies estime à 313.000 personnes les nombres qui ont fui l’Érythrée, environ 6% d’une population estimé à 5 millions cite Keetharuth.

L’Erythrée a refusé de coopérer avec Keetharuth et a nié avoir commis des violations des droits de l’homme. Son représentant à la réunion a déclaré que le rapport de Keetharuth était «biaisé et sans fondement » et l’Erythrée a « totalement rejeté » l’appel à la mise en place d’une enquête. Le diplomate érythréen a déclaré l’image fabriquée de l’Erythrée est devenue la base d’une «fausse crise » et a rejeté la responsabilité sur son voisin l’Ethiopie.


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :