Éthiopie : le Premier ministre de l’Éthiopie, Abiy Ahmed, dépassé par les affrontements ethniques dans le pays.

Éthiopie : le Premier ministre de l’Éthiopie, Abiy Ahmed, dépassé par les affrontements ethniques dans le pays.

Ad

Déplacements et conflits ethniques en Éthiopie.

Des réformes politiques fondamentales sont en cours en Éthiopie, mais, alors que le nouveau Premier ministre, Abiy Ahmed et son gouvernement, œuvrent pour amener un changement dans le pays, des divisions ethniques historiques ont éclaté. Des dizaines de personnes ont été tuées, de nombreuses autres blessées et plus d’un million de personnes déplacées depuis avril 2018 en raison de la montée de la violence ethnique. Selon Human Rights Watch (HRW), le nombre total de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays dépasse les deux millions. Il s’agit d’un test important pour le gouvernement. Jusqu’à présent, peu de choses ont été faites pour les personnes chassées de chez elles.

Tandis que d’autres groupes ont été impliqués dans les affrontements, une grande partie de la violence a été attribuée à des hommes Oromo. Jeunes hommes qui, selon le rapport Al Jazeera, ont également été accusés de pillage et de destruction de biens, ainsi que de s’être installés dans la capitale, dans de nouvelles maisons, qui avaient été attribuées à des citoyens de l’ethnie Amhara.

Identité ethnique.

Avec près de 80 groupes tribaux et une population de 105 millions d’habitants (dont le taux de croissance est de 2,5 % par an), dont 70 % ont moins de 30 ans, la composition démographique de l’Éthiopie est diversifiée et complexe.

Les Oromos, qui sont principalement musulmans, constituent le groupe ethnique le plus important avec 35 % de la population répartie dans une grande région du pays ; suivis par les Amhara et d’autres minorités amharisées (chrétiens orthodoxes) avec 27 %, et contre lesquels les Oromos ont mené de nombreuses guerres. Beaucoup d’Éthiopiens s’identifient plus fortement avec leur groupe tribal que leur nationalité ; les groupes ethniques ont leurs propres langues et leurs propres traditions et sont profondément attachés à certaines régions du pays. Les identités tribales ont la vie dure et, avec les récits de conflits et d’injustices du passé, qui se transmettent de parent en enfant.

Au début du XIXe siècle, les monarchies oromo régnaient sur une grande partie du centre et du sud de l’Éthiopie, mais depuis des générations, ils se sont plaints de la marginalisation économique, culturelle et politique des gouvernements dirigés par des hommes politiques issus des ethnies Amhara et Tigré.

Le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui dominait la coalition au pouvoir, le parti EPRDF, qui a dirigé le pays de 1991 à avril 2018. Sous le régime du TPLF, les Oromo, à l’instar d’autres groupes ethniques, notamment les Amhara et les Somaliens, ont été persécutés, faussement arrêtés, torturés et assassinés, et des femmes violées. En 2014, Amnesty International a publié un rapport intitulé « Parce que je suis un oromo. Répression radicale dans la région d’Oromia en Éthiopie ». Il y était affirmé que « des milliers de personnes oromo étaient “impitoyablement visées par l’État, uniquement en raison de leur opposition apparente au gouvernement… des dizaines de dissidents présumés ou présumés ont été tués.” Il ne fait aucun doute que les Oromos ont été persécutés par le TPLF, mais à l’exception des habitants du Tigré, ils ont réprimé tout le pays. Le danger maintenant est que certains Oromos puissent se venger et se sentir protégés par un Premier ministre Oromo.

Les affrontements ethniques qui menacent l’existence de l’Éthiopie :

– Les ethnies Afar et Issa s’affrontent au Sud-Est près d’Awash,

– Les Afars et Oromo presque dans pas loin d’Awash aussi,

– Les oromo et Somali à Moyale — au Sud-Ouest,

– Les oromos et Amhara au centre-nord du pays,

– Les Amhara et Tigré au nord du pays,

– Les Benishangul et Amhara au Nord-Ouest,

– Les Agawa et Amhara dans la région Amhara,

– Etc.

Ces mosaïques des petits heurts ethniques commencent à baisser sur la situation sécuritaire et économique du pays au point que la confiance entre communauté composante du pays se dégrade rapidement avec les risques de demande d’indépendance des certaines régions.

Le Premier ministre de l’Éthiopie, Abiy Ahmed, qui faisait semblant d’ignorer ou de minimiser ces problèmes des tensions ethniques a explosé et fait savoir son ras-le-bol au cours d’une intervention le 21 mars 2019.

Le 23 mars 2019, les Amhara ont massacré avec une sauvagerie digne du régime Derg des tigrés qui vivaient à Gonder.

À suivre…

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared