Ouganda : le vent du changement politique souffle à Kampala depuis peu au dépend de Museveni

MUSEVENI – OUGANDA

Il peut être difficile pour beaucoup d’y croire, même de l’imaginer dans un pays si totalement dominé par un homme et que rien ne bouge sans son consentement explicite et implicite. Que le dictateur ougandais le veuille ou non, le compte à rebours de son départ est une réalité née de la désintégration naturelle d’un régime basé sur la personnalité d’un homme.
Pas de doute, le processus pour voler l’élection de 2016 est déjà en place. La machine de réélection de Museveni est bien huilé et prêt à livrer le résultat attendu.

Nous comprenons parfaitement les sceptiques qui rejettent la possibilité de vaincre politiquement M. Museveni et ses courtisans favorisées. Pourtant, il y a suffisamment d’occasions pour renverser le régime du président qu’il serait insensé de se rendre sans combat politique pour les cœurs et les esprits des citoyens.
Nous avons appris du Kenya en 2002 que tout ce qu’il a fallu pour détruire une machine politique apparemment invincible était une détermination résolue par un front uni qui prend le taureau par les cornes et propulsé par un désir de changement.

Certes, le milieu politique kényan était plus favorable à une alliance de l’opposition, mieux que dans l’état ougandais militarisé qui n’hésite pas à recourir à la violence contre les adversaires du régime.

Cependant, contrairement à la Corée du Nord et Cuba, par exemple, où les familles régnantes ont maintenu une poignée héréditaire sur les royaumes par la dictature à l’ancienne, en Ouganda Museveni a gagné suffisamment de temps pour exaucer son souhait de mettre en place un system féodal formelle et inébranlable. Cet espace, bien que limitée, a offert aux citoyens l’occasion de tenter de reconquérir leur pays de ceux qui le détiennent en otage.

Au cours des 13 années écoulées depuis Kizza Besigye a lancé son défi historique à M. Museveni, de nombreux membres et sympathisants du parti au pouvoir ont été encouragés à abandonner le président et à rejoindre l’opposition. Malgré les efforts du régime au pouvoir pour les intimider, harceler et racheter les voix de l’opposition, le nombre de ceux qui expriment ouvertement leur désir de changement continue de croître.

Cependant, le changement ne peut pas se réaliser. Certes, le changement ne peut venir de l’intérieur du parti au pouvoir fossilisé qui est pris en otage par un président.

La participation de 222 députés au spectacle de Kyankwanzi  la semaine dernière,  un arnaque, reflète l’état morbide du parti au pouvoir, un club des anti- démocrates qui n’ont pas honte de s’humilier parce qu’ils doivent plaire au Président.

« Le changement aura lieu en Ouganda si la majorité des citoyens – que ce soit dans l’uniforme des organisations de sécurité ou en civil choisisse la revendication de leurs droits de citoyenneté.

Le changement aura lieu quand les Ougandais rejettent les traditions socio-culturelles qui les soumettent à être redevable à des chefs coutumiers, des politiciens serviles et un système totalitaire en déliquescence. Le changement viendra quand nous comprenons clairement à qui nous devons allégeance, à des personnes ou à l’État?

Le changement viendra quand nous nous libérons de la mentalité d’esclave qui nous dit que notre survie dépend de la loyauté démontrée au régime.
Nous sommes encouragés par les nouvelles qui disent que le général de division, Benoni Biraaro, un vétéran de la rébellion NRA dans Luweero qui jouit d’une réputation pour ses pensées indépendantistes et l’intégrité de sa longue carrière militaire, est en train de former un parti d’opposition.

Si Biraaro réussi en suite de réunir les petits partis politiques et ceux en alliance avec le régime dans une coalition d’opposition, nous ne serons plus détenus dans une organisation qui est dominé par un homme qui utilise son pouvoir totalitaire et son contrôle de la trésorerie et des institutions afin d’utiliser la violence nationale pour rester sur le trône.

Cependant, il y a une fenêtre d’opportunité pour ces leaders de prendre leur courage à deux mains, de revendiquer leur liberté et rejoindre les groupes qui cherchent un changement pacifique. C’est maintenant ou jamais : dit un responsable des droits de l’homme. »

HCH

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :