Djibouti/France : Est-ce que Daech compte perturber l’arrivée de Macron à Djibouti au vu et su de Guelleh ?

Djibouti/France : Est-ce que Daech compte perturber l’arrivée de Macron à Djibouti au vu et su de Guelleh ?

Ad
ISMAEL OMAR GUELLEH ET DAECH

Depuis le matin du mercredi 13 février 2019 circule dans les quartiers 7bis, Jamal et Ambouli des informations disant que des manifestations seront organisées contre Emmanuel Macron qu’Ismaël Omar Guelleh espère accueillir à Djibouti entre le 12 et 15 mars 2019 au cours du voyage organisé par l’Élysée dans la Corne de l’Afrique.

Mais qui sont derrières ces rumeurs des manifestations anti française ou anti Macron ?

Ce n’est ni des altermondialistes, ni des anti-blancs, ni des membres de Greenpeace, mais se sont des européens radicalisés en majeure partie, membres de Daech et ayant combattis ou vécus en Syrie, Irak et Yémen. Ces combattants de Daech vivent paisiblement à Djibouti sous la protection du régime clanico-mafieux d’Ismaël Omar Guelleh.

Ces combattants de Daech ne sont pas les seuls extrémistes islamistes sur le terrain à Djibouti. Il y a aussi Al-Salafiya El-Jadida, qui comme leurs aînés, veut restaurer la pureté de l’islam. Dans leurs prêches et les médias, ils considèrent ouvertement les démocrates comme des mécréants à combattre. Influencés par les courants wahhabites Arabie saoudites et yéménites, qui prétendent ramener l’islam sunnite à sa pureté primaire. Ils s’en prennent également à l’islam djiboutien, éthiopien et érythréen d’influence chaféite. Les salafistes aimeraient faire disparaître cet islam inculture, le soufisme ou chaféite.

La tactique d’Al-Salafiya El-Jadida consiste à soutenir le régime jusqu’à ce que leur mouvement devienne assez puissant ou s’implante bien pour faire face au pouvoir en place ou le démonter. Comme un caméléon, ils prennent les couleurs du milieu dans un premier temps et ensuite le modèlent à leur manière au fil du temps.

Ce mouvement est arrivé à Djibouti grâce au soutien d’Ismaël Omar Guelleh qui avait l’objectif d’écarter du paysage religieux djiboutien les oulémas chaféites ou soufis qui commençaient à dénoncer ouvertement ses dérives autoritaires et les activités du régime qui contrevenait aux principes de la religion, de la culture et de l’humanisme.

La preuve, l’imam de la mosquée de Haramous et conseiller religieux d’Ismaël Omar Guelleh se nomme Sheikh Abdirahim Shafii, de l’ethnie Sheekhal (ethnie vivant au sud de la Somalie et l’extrême Sud de la région Somalie de l’Éthiopie) et de mère Oromo, est un grand adepte du salafisme issu de l’école islamique d’Al-muqbil en Yémen. Il est un allié d’Ahmed Nour Ali Jimaale, copropriétaire avec Ismaël Omar Guelleh et bien d’autres de Salaam African Bank. Monsieur Ahmed Nour Ali Jimaale, un Duduble/Gorgate/Hawiye, était sur la liste américaine des financiers du terrorisme. C’est Guelleh qui a tout fait pour l’arracher des griffes des Américains.

Ce dernier a ensuite, avec l’accord de Guelleh, installé à Djibouti différents groupes salafistes venus du Yémen est dont le plus célèbre est Pierre Picard, le français converti à l’islam. Ces groupes sont pressent à Djibouti moins de trois ans, mais ont exigé de bénéficier du Décret n° 97-0176/PRE portant des conditions de naturalisation des étrangers présentant un intérêt exceptionnel pour la République de Djibouti daté du 20 décembre 1997.

Ils se sont imposés, particulièrement, dans la commune de Boulaos où les habitants font des appels au secours inaudibles pour le régime djiboutien. Les habitants répètent que leurs mosquées sont devenues des hauts lieux où en prêche le Djihad et l’extrémisme religieux, un courant de l’islam méconnu à Djibouti il y a 15 ans.

L’autre groupe extrémiste religieux connu internationalement ne pas absent du terrain, en décembre 2018 fut interpellé dans la commune de Balbala – Djibouti-Ville, un français radicalisé de 36 ans, Peter Cherif, devenu au Yémen un cadre d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), est connu pour avoir été un intime des assaillants du journal satirique Charlie Hebdo, les frères Saïd et Chérif Kouachi. L’attentat contre Charlie Hebdo est une attaque terroriste islamiste perpétrée contre le journal satirique le 7 janvier 2015 à Paris.

Monsieur Peter Cherif résidait dans une maison sise au cité Hodan de la commune de Balbala et ce logement appartient à un membre du parti au pouvoir, le RPP. Cherif ne travaillait pas, mais arrivait à payer un loyer de 50 mille FDJ (294 dollars US) par mois et les saisis réalisés chez lui ont démontré que son train de vie était estimé entre 60 à 80 milles FDJ chaque mois (352 à 470 dollars US).

Certains policiers que nous avons pu contacté ont laissé entendre que Peter Cherif vivait à Djibouti depuis plus d’une année, qu’il ne travaillait pas, qu’il sortait de sa maison que pour faire ses commissions et qu’il recevait de l’aide financière soit des organisations islamistes ou des caisses noires du régime djiboutien.

Donc, est-ce que les islamistes d’origine européenne comptent perturber l’arrivée du président Macron à Djibouti en signe de soutien à Peter Cherif ou pour dénoncer la pression internationale sur le régime de Guelleh ?

Hassan Cher

Nous publierons prochainement un article sur l’appui logistique que des islamistes en mission en Éthiopie ont bénéficié de la part du régime clanico-mafieux de Djibouti.


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared