Kenya : Une justice continentale peut-elle se substituer aux justices nationales corrompues ?

Ad

afrique01Le Kenya a promis de convaincre plus de pays africains de signer un protocole sur l’établissement d’une Cour africaine de justice et des droits de l’homme pour juger les affaires de crimes contre l’humanité.

La secrétaire du Cabinet aux Affaires étrangères, Amina Mohamed, a déclaré aux journalistes à Nairobi que 11 pays africains ont signé le Protocole de Malabo.

« Le Kenya n’est pas le seul pays à avoir promis son soutien. Pour que cette cour soit viable, des ressources sont nécessaires, d’où les promesses des différents pays », a déclaré Mme Mohamed lundi plus tard, de retour du sommet de l’Union Africaine (UA) en Ethiopie.

« Ce que nous essayons de faire, c’est d’élargir son mandat pour qu’elle puisse traiter différents types de crimes, dont des crimes contre l’humanité », a-t-elle développé.

Pendant le sommet de l’UA qui vient de s’achever à Addis-Abeba, le président kenyan Uhuru Kenyatta, qui avait signé le protocole, a déclaré que l’établissement de la Cour africaine de justice et des droits de l’homme ne pouvait plus être stoppé et a annoncé l’engagement du Kenya à verser un million de dollars américains pour la nouvelle institution judiciaire.

  1. Kenyatta a ajouté que l’Afrique est prête à établir un cadre plus élargi de police judiciaire transitionnelle africaine et une Cour africaine de justice pour juger toutes les affaires criminelles en Afrique qui sont actuellement référées à la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye.

 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.