Somalie : Y’aurait-il des soldats de la paix turque et érythréenne pour remplacer l’AMISOM en 2021 ?

Somalie : Y’aurait-il des soldats de la paix turque et érythréenne pour remplacer l’AMISOM en 2021 ?

Ad

Selon un parlementaire somalien, son pays négocie avec la Turquie et l’Érythrée le déploiement de leurs conseillers militaires et la fourniture d’équipement pour la guerre contre Al-Shabab lorsque les soldats africains du maintien de la paix de l’Amisom se retireront en 2021.

Mais le déploiement ne peut être bilatéral qu’avec l’approbation du Conseil de sécurité des Nations Unies qui, bien qu’il ordonne le retrait progressif des soldats de la paix, est conscient du fait que les forces de sécurité somaliennes n’ont pas la capacité de protéger l’ensemble du pays.

La Turquie est le principal donateur de la Somalie et a investi des milliards de dollars dans des projets d’infrastructure (routes, hôpitaux, aéroport international de Mogadiscio et écoles), tandis que l’Érythrée, l’Éthiopie et la Somalie se sont mis d’accord de favoriser la coopération en matière économique et de sécurité entre les pays de la corne de l’Afrique.

« Si la Turquie et l’Érythrée devaient s’impliquer, cela pourrait être une victoire pour la Somalie étant donné que l’Amisom, avec l’aide de donateurs, était censée former et équiper 30 000 soldats somaliens avant de partir, mais qu’elle n’en a formé que 10 000. Si l’idée de solutions africaines aux problèmes africains échouait, les Somaliens n’auraient d’autre choix que de demander l’aide de la Turquie et de l’Érythrée, ou de toute autre nation consentante », a déclaré le parlementaire somalien.

Il a rajouté : « Le peuple somalien a plus confiance à la Turquie et l’Érythrée par rapport à l’Éthiopie, Kenya et Djibouti. Les somaliens accusent le Kenya de vouloir s’approprier leur mer, l’Éthiopie en raison d’une animosité historique et Djibouti de soutenir financièrement et en arme Al-shabab. »

Al-Shabab continuait à présenter les soldats de la paix comme une force d’occupation plutôt qu’une force de protection et du côté de la population un nouveau sentiment patriotique émerge parmi les Somaliens ordinaires, à savoir que la présence d’Amisom alimente la résurgence d’Al Shabab.

Il a fait valoir que le retrait d’Amisom pourrait atténuer les raisons pour lesquelles Al-Shabab avait combattu Mogadiscio et organisé des attaques terroristes en Somalie et dans les pays voisins.

Cependant, il a déclaré que si la méfiance des peuples à l’égard du gouvernement empêchait de remporter la guerre contre le terrorisme, le retrait d’Amisom sans une armée entraînée et disciplinée entraînerait probablement le retour de la guerre de clans et les soldats deviendraient des milices de clans.

Beaucoup d’autres hauts responsables somaliens pensent que la présence d’Amisom les empêchait de renforcer leur capacité militaire à combattre Al Shabab.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared