Djibouti/Terrorismes : Les bases des drones américains à Djibouti, sont-elles les prochaines cibles d’Al-shabab ?

Djibouti/Terrorismes : Les bases des drones américains à Djibouti, sont-elles les prochaines cibles d’Al-shabab ?

Ad

Au début du mois d’avril 2020, un contrebandier de l’ethnie Issa et originaire de l’Éthiopie nous a raconté une histoire inquiétante. Ce contrebandier achète des cigarettes provenant de la contrebande à la ville de Zeila et part les vendre en Éthiopie en traversant clandestinement la frontière de l’extrême nord entre la Somaliland et l’Éthiopie.

Pendant son passage dans la ville de Cabdulqaadir, ville de la Somaliland située à 77 km de la frontière djiboutienne, ce contrebandier a pu apprendre à travers un de ces contacts que des échanges des tirs avaient lieu dans un village proche de la ville de Cabdulqaadir. D’après cette histoire, les nomades de l’ethnie Issa et plus particulièrement du sous-clan Odahgobe/Reer-Kul qui sont les habitants de la zone Cabdulqaadir, ont barré la route à trois hommes qui se dirigeait vers la direction de Djibouti. Ces trois hommes portaient des kalachnikovs, une sorte de ballot de rations et des habits types pakistanais. Ayant constaté que les trois hommes n’étaient pas de la région, les nomades les ont interpellés de loin afin de les identifier sans prendre des balles en cas d’attaque. Voyant qu’ils ne voulaient pas donner plus de précision les raisons de leur voyage et leurs identités, les nomades Issa ont commencé à tirer sur les trois hommes pour les chasser de la région.

Sous les tirs des nomades, les trois ont rebroussé chemin vers les montagnes entourant la grande ville de Borama.

Une autre source nous a informés que des rumeurs circulant depuis le début de l’année 2020 dans la ville Borama parlent des mouvements des éléments djihadistes dans les montagnes de la région. Certains disent que c’est des éléments d’Al-itihade alors que d’autres racontent que ce sont des combattants d’Al-shabab qui cherchent les chemins le plus rapide et plus sûr pour atteindre Djibouti.

Si ces informations se confirment, il est sûr que les djihadistes visent la base des drones américains parce que ces drones ont causé beaucoup des dégâts à Al-shabab ces derniers mois et sans oublier que la base des drones ne sont pas loin de la frontière avec la Somaliland.

Autre information inquiétante et qui peut être un complément à la précédente : c’est un article publié le 6 mai 2020 sur la page Facebook « IOG doit partir ». Un extrait de cet article : « Vol mystérieux de la compagnie “Air Djibouti” : Qu’est-ce que la mafieuse Odette/Khadra Haid a-t-elle expédié vers l’entité séparatiste du Somaliland ?

Samedi 2 mai 2020, vers 3 heures du matin, un convoi exceptionnel escorté par une unité de la garde dite républicaine, des éléments lourdement armés, part de Haramous, à proximité de la résidence du couple présidentiel, et prend la direction de l’aéroport d’Ambouli. Quelques minutes plus tard, la mystérieuse diligence arrive sur le tarmac de l’aéroport, à hauteur du Boeing 737 de la compagnie aérienne “Air Djibouti”. Immatriculé sous le numéro “EY-560”, l’avion est un vieux modèle construit en 1992. L’appareil effectue en effet son vol inaugural le 20 mai 1992 sous les couleurs de “Sabena”, une compagnie aérienne belge. »

On ne mobilise pas des masques médicaux une unité de la garde républicaine lourdement armée. Ce vol mystérieux a transporté vers Hargeisa des armes. Les militaires de la garde républicaine de Djibouti ont déchargé l’avion dans l’aéroport de Hargeisa sous la protection du RRU, le groupe paramilitaire somalilandaise. Les camions de la garde républicaine ont disparu dans la ville de Hargeisa.

La garde républicaine est un corps de l’armée qui est indépendant de l’armée nationale et commandée par le colonel Mohamed Djama Doualeh. Ce corps est très largement impliqué dans le trafic d’armes d’Ismaël Omar Guelleh. Presque 80 % des armes du trafic sont déposés dans les casernes de la garde républicaine.

D’ailleurs, la marine américaine avait intercepté des armes chargées dans des boutres qui ont quitté Djibouti en direction du Yémen et arrivées près des côtes yéménites les boutres ont bifurqué vers la Puntland. Ces boutres transportés des armes sorties des dépôts de l’armée djiboutienne et destinée au Daschi ou EI somalien de Sheikh Abdulqadir Mumin.

Le président de l’État régional du Puntland, Saïd Mohamed Abdullahi dit Deni, a rencontré le 13 février 2020 le général AFRICOM Stephen J. Townsend à l’aéroport international de Bossaso. Dans cette rencontre il a été question des armes précitées.

Suite le rencontre avec le général Stephen J. Townsend, le président de l’État somalien du Puntland, M. Saïd Mohamed Abdullahi dit Deni, a publié un décret présidentiel le 17 février 2020 concernant la révocation du chef suprême, du chef d’état-major adjoint et des officiers de la marine du Puntland (PMPF).

Le président de l’État du Puntland, SE Saïd Mohamed Abdullahi dit Deni, a rencontré le 19 février 2020 le président djiboutien Ismail Omar Guelleh à Djibouti. Saïd Mohamed Abdullahi dit Deni est arrivé à Djibouti sur invitation d’Ismaël Omar Guelleh et ce dernier lui a sollicité de mentir aux Américains en déclarant que les armes étaient destinées aux forces armées de Puntland.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared