Somaliland : Focus, Group basé au Royaume Uni exprime son inquiétude face aux lois draconiennes sur les médias et les harcèlements…

focus_somalilandLes harcèlements répandus depuis quelques années et les lois draconiennes établies par le gouvernement du parti politique Kulmiye sont préjudiciables au processus de démocratisation jusqu’ici constaté au Somaliland.

C’est par une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, Mohamed Behi Yonis, et émanant du groupe de discussion Somaliland basée  en Angleterre, qu’on exhorte  au gouvernement à revoir sa politique en général.

Fondée en 2005 , la Focus Somaliland dont les objectifs sont de sensibiliser les acquis démocratiques du Somaliland a réussi jusqu’à présent à prendre part d’une manière significative dans le processus de démocratisation du pays et plus particulièrement pendant les élections des conseils parlementaires , présidentielles et locales de 2005, 2010 et 2012 respectivement

En partenariat avec Progressio et de l’UCL de l’Unité de planification du développement le groupe Focus Somaliland avait co-organisé avec l’équipe internationale d’observateurs pour les trois élections au Somaliland.

Lisez les extraits in extenso intégral de la lettre

M. Mohammed Behi Yonis, ministre des Affaires étrangères de la République du Somaliland

(cc : M. Abdullahi Mohamed Dahir, ministre de l’Information)

11 Novembre 2013 Monsieur le Ministre,

Je vous écris en tant que vice -président du Somaliland focus (Royaume-Uni). Nous tenons à vous adresser nos félicitations à votre nomination en tant que ministre des Affaires étrangères.

Depuis 2005, focus Somaliland a  fait tout son possible pour une sensibilisation plus large de la Somaliland et de son processus démocratique, agissant comme coordinateurs des observateurs internationaux aux élections du Somaliland en 2010 et 2012, et grâce à notre engagement avec le Groupe parlementaire multipartite britannique du Somaliland et la Somalie. Nous sommes fiers d’être associés avec les réalisations de Somaliland.

Pourtant, nous sommes pressés de vous écrire pour exprimer nos inquiétudes concernant les harcèlements et l’intimidation des membres des médias d’information dans le Somaliland. Nous adressons copie de cette lettre à votre collègue, M. Abdullahi Mohamed Dahir, le ministre de l’Information. La liberté des médias est pertinente  car il reflète l’image de la Somaliland  au niveau international, et assurer la liberté des médias est de la responsabilité de l’ensemble du gouvernement.

Nous notons qu’il y a eu de nombreux incidents, provoquant l’inquiétude de groupes à l’intérieur et à l’extérieur de la Somaliland. La plus importante ces derniers temps a été le ciblage du journal Hubaal, qui en Avril a vu son bureau à Hargeisa attaqué avec des blessures physiques aux membres du personnel. En Juin, la publication a été suspendue après que des articles critiquant  le gouvernement de la Somaliland ont été eu publiés, et son rédacteur en chef et directeur général ont été emprisonnés. Bien que les victimes ont depuis été libérés et la publication ait repris, les événements constituent une grave violation de la liberté de la presse, explicitement protégés par la loi dans le Somaliland.

L’affaire Hubaal fait partie d’une longue chaîne d’événements. En 2012, de nombreux journalistes ont été arrêtés et une station de télévision, HornCableTV, a été fermé, tandis qu’en 2011, le rédacteur en chef du journal Jamhuuriya a été arrêté.

Cette année a également vu les menaces des ministres et du personnel de sécurité envers le rédacteur en chef de YOOL , un autre journal , l’arrestation et l’emprisonnement de Mahamud Abdi Jama, le rédacteur en chef de Waaheen et journaliste africain primé , ainsi que l’arrestation et l’emprisonnement d’un journaliste de Haatuf .

Certaines des arrestations ont été pour des raisons de diffamation et d’autres apparemment suite à l’instigation des gouverneurs régionaux. Alors que les excuses  et les communiqués ont suivi, ces actions ont un effet dissuasif sur le bon fonctionnement des médias et sont susceptibles de conduire à une couverture inefficace et l’auto- censure. Il y a un besoin important pour institutionnaliser pleinement la liberté des média, et les gouverneurs locaux ne doivent plus être en mesure d’organiser l’arrestation de journalistes.

Malgré cela, nous notons les préoccupations signalées dans les médias locaux sur les modifications du droit de la presse proposée qui pourrait compromettre davantage la liberté des médias. Les actions passées et présentes contre les médias deviennent une caractéristique regrettable des administrations de la Somaliland, et affectent négativement notre capacité à défendre efficacement la Somaliland au niveau international. Nous insistons pour que vous et d’autres décideurs répondent positivement au respect de ce convention qui est un pilier essentiel de la démocratie autrement  l’achèvement de la transition de la Somaliland dans la démocratie multipartite à laquelle vous vous êtes engagés sera sapée.

Cordialement,

Dr Steve Kibble

Vice-président,

focus Somaliland (UK)

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :