Pourquoi Ismaël Omar Guelleh a ordonné la torture des jeunes et des mineures pour leurs droits d’opinions et d’expressions ?

IOG-sanguinaireEn solidarité avec les jeunes de MJO torturés et emprisonnés à la Brigade d’Ambouli

Redoutant fortement les remontrances du Président américain Barack Houssein Obama, convaincu que le 5 mai 2014 à Washington D.C. constituera un « lundi noir » pour Monsieur Ismaël Omar Guelleh, le tyran djiboutien croit trouver une parade en autorisant la repression du Mouvement des jeunes de l’Opposition (MJO).

Colonne vertébrale de la lutte pour la libération de Djibouti, fer de lance et emblème de la résistance djiboutienne, le mouvement des jeunes de l’opposition paye un lourd tribut de leur engagement. Majoritairement composés des collégiens et des lycéens, les forces de répression de la Gendarmerie Nationale n’hésitent plus à sortir leurs dernières artilleries pour faire taire ces jeunes qui se battent pour un idéal et qui refusent l’injustice et les graves violations des droits de l’Homme.

Pensant les faire abdiquer par l’usage disproportionné de la violence, Monsieur Ismaël Omar Guelleh a ouvert un autre grand boulevard de la contestation qui est en passe de faire voler en éclats son régime liberticide, mémoricide et génocidaire. 

Badalsha, Houssein, Osman et d’autres font partie de cette jeunesse qui oppose farouchement la non-violence à la brutalité policière du régime. L’emprisonnement suivi des sévices les plus cruels n’ont pas eu raison contre ces jeunes convaincus de leur bon droit et qui veulent bouter Monsieur Guelleh hors de Djibouti. 

Soyons tous solidaires de la belle et noble cause de ces jeunes que le tyran cherche à faire taire par tous voies et moyens. Mais la force ne fait pas le droit. Et un pouvoir qui se fonde sur la force est toujours instable. Mes pensées vont naturellement aux quatre jeunes de MJO torturés et en détention arbitraire depuis hier après-midi dans les sinistres locaux de la Gendarmerie d’Ambouli, sans mandat, sans avocat, sans soins et sans visites familiales: on ne peut rien imaginer de pire…

Le MJO lui résiste, nous devons tous non seulement être solidaires de leur lutte qui doit être pris pour exemple mais comprendre d’abord et avant tout que leur tache n’est pas la plus simple de toutes.

Houssein IBRAHIM HOUMED

Huno Djibouti : Les 3 détenus politique du quartier ambouli le 25:04:2014 par la gendarmerie de la brigade d’ambouli ont été sauvagement torturé dans la brigade d’ambouli et même à 18:00 du soir ils ont été déplacé dans la CASERNE DU CAPITAINE HAMADOU (fiche) une autre fois ils ont été torturé dans la SRD sous les ordres de l’adjudant-chef HOUSSEIN AMIN dit dahay.

Il s’agit de :

DJAMA BARKAT WABERI
ABDO ALI ABDALLAH
AWALEH MOUSSA AWALEH


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :