Djibouti : Des boucs émissaires au tribunal demain pour l’affaire d’escroquerie de la facturation de l’électricité de la FFDJ.

Ad

Tout le monde sait à Djibouti que Djama Ali Guelleh, directeur général de l’EDD, ne dorme pas bien depuis que son arnaque bien rodée sur la facturation de l’électricité de la FFDJ a été mis à jour.

Son cousin, Ismaël Omar Guelleh, le parrain de la mafia clanique de Djibouti, a trouvé la parade pour déculpabiliser Djama Ali Guelleh.

La règle du non bis in idem sera appliquée pour cette affaire. En matière pénale, ce principe prend une importance particulière puisqu’il constitue une garantie essentielle pour le prévenu : nul ne peut être traduit deux fois devant une juridiction répressive pour des faits identiques. Cette règle est tellement importante qu’elle possède un caractère d’ordre public : elle doit être soulevée d’office par le juge, même en l’absence de toute contestation de la part du prévenu.

Ainsi, l’affaire sera jugée le dimanche 28 octobre 2018 et clos définitivement parce qu’on ne peut être jugé deux fois pour le même fait et les principaux instigateurs de l’escroquerie seront épargnés.

Mais qui sont les bouc-émissaires qui seront traduit devant la justice?

Le commandant du service de recherche de documentation de la gendarmerie nationale – SRD, le commandant Hassan Ahmed Ibrahim dit Digago (poule), en charge de l’enquête suite à la plainte de la FFDJ, a eu l’ordre de diligenter l’enquête aux desiderata d’Ismaël Omar Guelleh qui a décidé de sauver son cousin directeur de l’EDD.

C’est deux vendeuses de khat et deux boutiquiers chez qui Mohamed Idriss Abdi était un client comme tout autre qui sont détenus pour faciliter de dépense d’argent ; deux épouses dont une est celle de Mohamed Idriss et l’autre son ami en fuite avec lui et deux collègues de la FFDJ de travail à Mohamed Idriss Abdi qui avaient l’habitude de khater.

Un informaticien a été relâché en échange de versement de 4 millions de FDJ le samedi 27 octobre 2018. C’est information a remis à la gendarmerie une mallette contenant 4millions à la gendarmerie.

Et le juge a déjà reçu l’ordre de condamner les bouc-émissaires  des condamnations avec sursis et Mohamed Idriss Abdi à 10 ans de prison ferme par contumace.

À suivre…

Hassan Cher

 


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared