Djibouti : Quelle est l’origine du nom — DJIBOUTI — qui désigne la République de Djibouti ?

Djibouti : Quelle est l’origine du nom — DJIBOUTI — qui désigne la République de Djibouti ?

Ad

(Région = Deegaan ; Département ou Province = Gallin ; Arrondissement, Canton ou District = Gobol ; Commune ou Bourg = Degmo ; Quartier= Xaafad ; Rural= Miyi ; Ville = Magaalo ; Village = Tuulo)

L’ethnie Issa fait partie de la fédération ethnique DIR qui est une des quatre composantes, numériquement imposantes, de la confédération ethnique qui regroupe le peuple Somalie de la Corne de l’Afrique.

Le territoire de l’ethnie Issa fut scindé en trois parties par le système colonial.

Le territoire de l’ethnie Issa est divisé, d’après la loi ou Xeer-Issa, en trois Provinces ou régions (Gallin en langue somalie) qui se subdivisent en douze Districts (Gobol en langue somalie).

Les trois provinces ou régions sont : Djibouti, Galbeed et Guban. Ces trois provinces se subdivisent en douze districts.

Voir les détails dans le tableau suivant :

Région ou Province : Djibouti = (reliefs accidentés)
District Bourg en langue Somalie Bourg en langue français
1 Jaha-ma-garato Caarta + Weeca Arta + Wea
2 Biniin-joog Hol-Hol + Gubato Hol-Hol + Goubato
3 Casa-joog Cali-Sabiix + Cali-cadde + Dawanle Ali-Sabieh + Ali-Ade + Dawanleh
4 Cadaad-joog Dikhil + Boondara + Casa-Ceela Dikhil + Bondara + As-eyla
 
Région ou Province : Galbeed = (Ouest)
District Bourg en langue Somalie Bourg en langue français
1 Dhuun-yar Caddaytu + Gablallu Adaytou + Gablallou
2 Dayn Mayso + Erer + Casbuli + Garba-Ciise Maïsso + Erer + Asbouli + Garba-Isse
3 Biyic-joog Hadhagaala + Mile + Harawa Hadhagala + Miley + Harawa
4 Garas-joog Shinniile + Diridhaba +Yaldaysa Shiniile + Dire-Dawa + Yaldaïsa
5 Galool-joog Dambal + Lo’wanaaje + Arraabbi Dambal + Lowanajeh + Araabi
 
Région ou Province : Guban = (La Plaine brûlante)
District Bourg en langue Somalie Bourg en langue français
1 Ilka-Case Saylac + Lughaya Zeïla + Loughaya
2 Qorax-joog Geerisa + Ceelgaal + Caasha-caddo Geerisa + Eel-gaal + Asho-Ade
3 Jidi-galee Ayshaca + Xariirad + Cabdulqaadir Aïsha’a + Hariirad + Abdoulqadir

Comme vous aviez pu constater à travers les noms des provinces ou districts du territoire de l’ethnie Issa, à cheval entre trois états depuis les tracés des frontières coloniales, les issas se réfèrent, pour baptiser leur territoire, à la géologie, géographie, végétation ou climat de la contrée nommée.

La province de Guban qui se situe actuellement à l’extrême Nord de la Somalie ou la Somaliland tire de son nom du mélange de deux mots de la langue somalie, Gub qui signifie bruler et Ban qui signifie une plaine.

La province de Galbeed qui englobe presque tous les districts du territoire situés sur le sol éthiopien, signifie le point cardinal connu en langue française « L’ouest» pointant vers le coucher du soleil.

La province de Djibouti qui désigne tout le territoire Issa situé en République de Djibouti avec deux districts sis sur le sol éthiopien signifie en langue somalie reliefs accidentés. Le nom Djibouti provient de l’ancienne Somalie comme le prénom Cher qui signifie dans l’ancienne Somalie « Bien ». Or, les Somaliens utilisent totalement à nos jours le mot Wanag pour dire « Bien ». De la même manière c’est le mot somalien Jabhan-ti qui est actuellement utilisé pour désigner les reliefs accidentés

La plupart des bourgs ou villes qui sont localisés dans la province de Djibouti sont établis dans des vallées, des dépressions ou sur des bas plateaux :

– Dikhil se situe à une altitude moyenne de 507 m, dans une dépression, cernée de collines,

– Ali Sabieh se situe à 756 m d’altitude, dans une vallée au cœur d’un massif granitique,

– Arta à 750 m d’altitude, sur une petite montagne qui domine le golfe de Tadjoura,

– Ali Adde est situé dans une vallée du sud du pays. La ville est située dans une région montagneuse, dans une vallée fermée des hautes terres. Il se trouve à une altitude de 756 mètres,

– Etc.

Beaucoup des Djiboutiens qui n’arrivent pas à comprendre l’origine de nom DJIBOUTI préfèrent puiser dans les légendes populaires. Certains diront que le mot Djibouti vient de « Jab-Bouti » qui signifie lieu dont on a vaincu l’ogre, d’autres diront « Yi-Buti » qui signifie donne-moi la marmite en langue afar, mais le plus drôle fut Ismaël Omar Guelleh, un président qui ne connait même pas l’histoire de son pays, raconte à une chaine arabe, dont il a accordé une interview au début de cette année 2019, que le nom Djibouti découle de l’arabe et signifie « passe-moi les poissons ».

C’est le 14 juin 1967 que la « Côte française des Somalis » change de nom et devient le « Territoire français des Afars et des Issas », le territoire devient indépendant sous le nom de République de Djibouti le 27 juin 1977.

Or, un bout de cette république est connu sous l’appellation de Djibouti depuis la mise en place de la loi ou Xeer-Ciise. La délimitation du territoire Issa en trois provinces et douze districts avait débuté avec le Xeer-Ciise parce que dans chaque district il y a un tribunal chargé de l’application du Xeer-Ciise. C’est pour ça qu’on parle le douze tribunaux du Xeer-Ciise. Ce qui fait que cette province était, depuis presque quatre siècles, connue par le nom de Djibouti chez l’ethnie Issa.

Et c’est plus particulièrement dans les chapitres 2 et 5 du Xeer-Ciise qu’on retrouve le nom de Djibouti :

2 – Dhaqan (les institutions des issas).

Les quatre sections de ce sous-groupe sont :

Doorashada Ugaaska (l’élection d’un guide dit Ugaas) –  44 Gande (quarante-quatre sénateurs) – 12 ka Gudi (douze ministres) – 12 Maxkamadood (douze tribunaux).

5 – Dhul (la propriété foncière).

Les deux sections de ce sous-groupe sont :

Bad (la mer) – Beri (la terre)

La terre est partagée en trois tranches :

Beer (agriculture); Daaq (pâturage); Ceel (point d’eau).

Il existe aussi sur le grand territoire du peuple somali une deuxième région connue sous le nom de DJIBOUTI, mais plus prononcée dans la langue Somalie – Jabhanti. Cette région est actuellement connue sous l’appellation de Maxaas ou Mahas et est située dans le district de Hiiraan, en Somalie. Entre Maxaas et Muqakoori il existe des reliefs accidentés qui obligent les voyageurs de descendre à un certain moment du bus ou voiture de transport. Il y a des plateaux et des falaises constituées des calcaires ou cailloux fragmentés alors que les restes de la région sont formés des plaines qui font bien pour le pâturage.

Des voyageurs et des écrivains étrangers de passage dans la région ont relaté dans leurs récits la position de Djibouti dans la corne de l’Afrique.

Monsieur Henri Le Pointe, un auteur d’ouvrage documentaire, parle de Djibouti dans un ouvrage titré « Colonisation française au pays des Somalis » publié à l’édition Jouve de Paris en 1914. Un extrait de son ouvrage précité : « … Avec un sens très net des nécessités et des intérêts en jeu, le gouverneur de la colonie, M. Lagarde, sut à la fois ménager le présent et préparer l’avenir. En face d’Obock, de l’autre côté du golfe de Tadjourah, se trouvait une rade connue des boutres arabes 1 et qui offrait, avec un développement assez considérable, de grandes profondeurs où les navires de fort tonnage pouvaient mouiller en toute sécurité. Les indigènes donnaient le nom de Djibouti au plateau qui la domine, et l’on savait qu’un des chemins convergeant vers ce plateau aboutissait directement au Harrar, province fort riche, occupée alors par les troupes du souverain d’Abyssinie, le négus Ménélick. Ce chemin traversait, il est vrai, des régions arides et désolées sur une longueur de près de 300 kilomètres, mais on n’ignorait pas qu’il était coupé, de distance en distance, par quelques puits creusés par les indigènes, par un certain nombre de bassins naturels recevant l’eau des pluies, et par des ruisseaux où les caravanes trouvaient de l’eau en quantité suffisante pour leurs besoins… »

Sur ce, vous pouvez être sûr que le nom Djibouti n’est pas un mystère !

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared