Djibouti / Bruxelles: Le dictateur Guelleh se revanche de ma famille

Houssein Robleh Dabar
COMMUNIQUE DE PRESSE
Bruxelles, le 07 mars 2016

Le dictateur Guelleh se revanche de ma famille

Depuis mon arrivée en Europe, le régime de Guelleh fait des représailles multiformes à l’encontre de ma famille.

Ce matin vers 11 heures, mon père Houssein Robleh Dabar accompagné d’un jeune cadre de l’UDJ Mogueh Ali Guedi ont été arrêté à la Place Ménélik par le Lieutenant Shoumaye
(diarrhéique en français) et embarqué dans une voiture de la police. Il a été insulté sur la place publique et menacé de ne plus venir à la Place Ménélik par ce lieutenant tortionnaire Shoumaye qui se vante ostensiblement être  »l’escadron de la mort » et qui est un des gardiens du temple de son proche Guelleh.

Cette arrestation arbitraire et séquestration sont ordonnées au plus haut niveau par le Colonel de la Police, Abdillahi Abdi Farah qui nous a molestés le 10 décembre 2015 sur la même place et est le commanditaire de ma tentative d’assassinat le 21 décembre 2015 en réunion du Haut Conseil de l’USN au domicile privé de Me. Djama Amareh Meidal ou j’ai été blessé par deux balles une à l’épaule et une autre à la gorge qui a pu extraiter récemment en Belgique.

Ce n’est pas tout, deux de mes frères ont été révoqués abusivement de leur travail dont un Caporal de l’armée djiboutienne en fonction depuis 2 ans par décision de licenciement signé par le ministre de la défense, Hassan Darar Houffaneh après qu’ils ont pris connaissance de mon arrivée en France. Et un autre technicien a été mis à la touche sous prétexte d’abondant de poste.

Par ailleurs, une campagne de calomnie est menée par les sbires du régime à mon encontre à cause de mes déclarations et interventions à a presse. Ainsi, tout une page du journal gouvernemental « La Nation » sous couverture du courrier des lecteurs étalait des menaces, insultes gratuites et diffamation à moi, à mon père et à mes collègues.

N’ayant pas réussi à me liquider de sang-froid, le dictateur Guelleh ainsi que ces bandits autorisés le Colonel Abdillahi Abdi Farah et son subordonné le Lieutenant Shoumaye ainsi que le jeune ministre zélé Djama Elmi Okieh tentent de se revancher de ma famille à cause de mon engagement politique et de défense des droits de l’homme.

De même, voyant mon père Houssein Robleh Dabar, membre fondateur et membre du bureau politique de l’UDJ, le seul rempart contre le clonage de notre parti politique UDJ. Ils tentent de le faire taire comme ils les arrêtent et torturent à maintes reprises depuis presque 25 ans de son engagement dans l’opposition politique djiboutienne.

Mes multiples plaintes à la Justice djiboutienne et la saisie du Président de l’Assemblée nationale sur toutes ces répressions qui s’abattent sur moi et sur ma famille n’ont rien abouti. Pire les commanditaires de ma fusillade menacent encore mon père et malmène ma famille en voulant les mettre à genou afin de se plier au dictateur sanguinaire et corrompu Guelleh.

La lutte continue et le Peuple vaincra.

Said Houssein Robleh

Député de l’UDJ


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :