Djibouti : la plainte sur les biens mal acquis, était-elle une parade de Boreh et Guelleh contre l’état parallèle ?

Djibouti : la plainte sur les biens mal acquis, était-elle une parade de Boreh et Guelleh contre l’état parallèle ?

Ad

Des sources proches de Liban ISMAËL OMAR ont confirmé à HCH24 que Ismaël OMAR GUELLEH était en accointances avec Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH au sujet de la plainte sur les biens mal acquis déposée à Paris contre des membres de l’entourage du président de la République de Djibouti.

On peut toujours lire sur le site web de l’organisation Sherpa « Sherpa et le Collectif européen de la diaspora djiboutienne (CEDD) ont déposé une plainte le 16 octobre 2018 pour abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption d’agents publics étrangers contre des membres de l’entourage du président de Djibouti, Ismaïl Omar GUELLEH, au pouvoir depuis dix-neuf ans. https://www.asso-sherpa.org/biens-mal-acquis-plainte-contre-lentourage-president-de-djibouti » »

Qu’en est-il de cette nouvelle information surprenante ?

Le clash entre Abdourahman BOREH et Kadra MAHAMOUD HAÏD.

Fin 2008, les relations commencent à s’embrouiller entre Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH et la première dame de Djibouti, Kadra MAHAMOUD HAÏD. Au début 2009, les problèmes deviennent publics et tout le monde commence à parler de ça. Des vieux du clan Yonis-Moussa, ses oncles paternels, qui croyaient qu’Abdourahman avait directement des litiges avec Ismaël OMAR GUELLEH, lui rendent visite pour comprendre les motifs du conflit. Mais, peine perdue parce que Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH ne leur donne aucune information claire. En fin de discussion, un vieux lui dit dans : « Tu finiras comme son ami d’enfance, Yacin Yabeh, le chef de la police. » Abdourahman lui répond : « Je serai loin avant que l’hyène n’écarte ses crocs pour me mordre ».

Toujours au début 2009, juste quelques jours après le rencontre avec ses oncles claniques, Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH, se rend chez son ami Ismaël OMAR GUELLEH pour une séance de broutage de la drogue consommée en Afrique de l’Est et la péninsule arabique, le Khat. Madame Kadra MAHAMOUD HAÏD, l’épouse d’Ismaël OMAR GUELLEH, ordonne aux éléments de la garde républicaine d’empêcher à Abdourahaman MOHAMED MAHAMOUD BOREH d’entrer dans la villa présidentielle d’Haramous. Monsieur Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH téléphone à son ami Ismaël OMRA GUELLEH afin de lui informer comment la première dame de Djibouti lui avait interdit l’accès à la villa présidentielle de Haramous.

Le président de Djibouti qui n’a pas un réel contrôle sur ce que Fathia Boukao baptise « état parallèle », la tendance de madame Kadra MAHAMOUD HAÏD, a recommandé à son ami Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH de quitter rapidement Djibouti parce qu’à tout moment la marraine pouvait ordonner son arrestation ou assassinat.

Ismaël OMAR GUELLEH ordonne au colonel Mohamed DJAMA DOUALEH de véhiculer Abdourahman BOREH jusqu’à l’aéroport de Djibouti afin d’éviter que la première dame de Djibouti ne l’intercepte en cours de chemin et Hassan SAID KHAIREH, chef du renseignement djiboutien, avait eu aussi l’ordre de fermer les yeux sur la fuite d’Abdourahman.

Quelques mois après la fuite d’Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH, des rumeurs commencent à circuler à Djibouti. Ces rumeurs disaient que le clash entre Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH et Kadra MAHAMOUD HAID portait sur la gestion de sociétés étatiques, mais utilisaient à des fins personnelles, telles que « Horizon Djibouti Terminal Limited » (HDTL).

D’ailleurs, la justice londonienne avait trouvé surprenant que le gouvernement djiboutien eût découvert les fraudes d’Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH qu’après sa fuite et non au moment de la signature de l’accord, soit 6 ans après la conclusion de l’accord avec DPWorld. Le magistrat Julian Martin Flaux de la justice britannique a fait savoir son étonnement dans son jugement d’octobre 2015, mais publié le 2 mars 2016 (Case No: 2012 FOLIO 000537), dans les parties Conclusions au sous-titre portant sur les revendications individuelles de la République de Djibouti, au paragraphe 936 : « … En outre, le président était au courant de ces termes, lui et ses conseillers ayant examiné les accords. En particulier, il était conscient que DP World aurait un contrôle total sans ingérence du gouvernement et était au courant des questions réservées, dont Mme Ali et le Secrétaire général de la Présidence avaient exprimé leurs craintes. Malgré tout, le Président de la République a pris la décision commerciale d’approuver et de ratifier les accords… »

Et dans la conclusion générale, au paragraphe 939 du jugement, la justice britannique rejette toutes les revendications de la République de Djibouti et déclare les accusations déposées contre Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH non justifié.

La plainte sur les biens mal acquis contre la première dame et son club.

Hassan CHER HARED publie sur son site web — hch24.com, de 2016 à 2018, des articles portant sur les biens mal acquis de Kadra MAHAMOUD HAID. Ces publications ont donné des idées à Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH et Ismaël OMAR GUELLEH.

En 2016, Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH invite Hassan CHER HARED dans un restaurant huppé à Paris afin de discussion du projet de la plainte des biens mal acquis. Les discussions entre Abdourahman BOREH et Hassan CHER HARED finissent par un échec. Hassan CHER HARED a compris que Abdourahman BOREH voulait contrôler de A à Z le dossier de la plainte pour faire chanter la première dame.

La preuve, Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH voulait imposer à Hassan CHER HARED à ce que ce premier soit l’acteur clé de la plainte sans que son nom n’apparaisse nul par, c’est-à-dire à aucun niveau de la plainte.

Hassan CHER HARED et son association rejettent la mascarade d’Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH.

Monsieur Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss, un faux opposant qui avait trompé déjà tout le monde, trouve une solution à Abdourahman BOREH. Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss arrive à corrompre Ainan Sougueh Egueh avec quelques grammes de Khat broyé (garabo). Aïnan a utilisé, pour déposer la plainte et son l’accord des autres membres du comité de l’organisation, l’association « Collectif Européen de la Diaspora Djiboutienne » crée au début pour un projet social.

Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH paie directement les honoraires des avocats de l’association Sherpa, mais s’arrange aussi la pouvoir de freiner ou annuler la plainte sur les biens mal acquis à tout moment. Ainan Sougueh Egueh signe la plainte sous les fausses promesses Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss. D’après Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss si Aïnan Sougueh Egueh reste fidèle à Abdourahaman MOHAMED MAHAMOUD BOREH, ce dernier lui versera des centaines de milliers d’euros et l’aidera à faire venir son épouse en Belgique dès que la procédure se termine.

Le retrait de la plainte sur les biens mal acquis.

La plainte sur les biens mal acquis ne touchait pas Ismaël OMAR GUELLEH, mais madame Kadra MAHAMOUD HAÏD et son entourage, soit l’équipe de l’état parallèle.

Quand Kadra MAHAMOUD HAÏD, ses enfants (Naguib, Nasli, Fatoumo-awo, Haïbado et Aïnache) et son entourage commencent à chier dans leurs frocs, son époux, Ismaël OMAR GUELLEH, lui demande de ne plus s’attaquer à Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH et en échange il activera son réseau afin de négocier avec Abdourahman BOREH.

Madame Kadra MAHAMOUD HAÏD qui n’a aucune autre issue accepte la proposition de son époux, Ismaël OMAR GUELLEH.

Le président Ismaël OMAR GUELLEH communique avec Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH via sa connexion secrète, Liban ISMAËL OMAR.

Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH, quant à son tour, ordonne à Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss et à Aïnan Sougueh Egueh de retirer la plainte sur les biens mal acquis. Les avocats de Sherpa sont surpris et écœurés de la décision de retrait de la plainte d’Abdourahman.

Ensuite, Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH accommode à Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss et à Aïnan Sougueh Egueh d’aller voir Liban ISMAËL OMAR dans un hôtel à Paris afin de percevoir leur salaire suite le retrait de la plainte. Liban ISMAËL OMAR accepte de rencontrer Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss, mais pas Aïnan Sougueh Egueh qu’il ne manque pas de le traiter de minable. Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss se présente seul auprès de Liban ISMAËL OMAR. En échange de la lettre de retrait de la plainte, Mohamed AHMED ABDILLAHI reçoit de la main de Liban ISMAEL OMAR une enveloppe de couleur marron contenant 25 mille euros.

Mohamed Ahmed Abdillahi dit Boss retourne dans le café qu’il avait laissé Aïnan Sougueh Egueh et lui remet 5 milles euro. Ce dernier ivre de joie, parce que c’est la première fois dans sa vie qu’il tient dans sa main une telle somme, loue le service d’un ami véhiculé pour retourner à Courtrai, en Belgique.

En octobre 2019, Kadra MAHAMOUD HAÏD accueille au salon VIP de l’aéroport de Djibouti les enfants et l’épouse d’Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH. Les enfants et l’épouse de ce dernier seront véhiculés dans les voitures du protocole jusqu’à leur villa de Haramous.

Depuis Kadra MAHAMOUD HAÏD a même commencé à s’associer avec Abdourahman MOHAMED MAHAMOUD BOREH sur différents projets, tel que la relance officielle de l’importation des cigarettes Benson&Hedges à Djibouti.

Hassan Cher.


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared