Djibouti : Des proches du procureur général de Djibouti accusent Mohamed Said Guedi de tacler le câble DARE 1.

Djibouti : Des proches du procureur général de Djibouti accusent Mohamed Said Guedi de tacler le câble DARE 1.

Ad

La cacophonie dans DARE 1 et l’inquiétude du Kenya.

Le système de câble sous-marin, Djibouti Africa Regional Express 1 (DARE1), relie Djibouti (Djibouti), Bosaso (Somalie), Mogadiscio (Somalie) et Mombasa (Kenya).

Avec une longueur finalisée de 4 854 km, le système de câble DARE1 fournit jusqu’à 36 Tbps de capacité à l’Afrique de l’Est. Le système de câble DARE1 est conçu avec une liaison à trois paires de fibres, chaque paire de fibres offrant une capacité de 120 canaux à 100 Gbit/s.

Le consortium DARE1 est actuellement composé de Djibouti Telecom, Somtel de Dahabshil Bank international (DBI), Hormuud Telecom et Telkom Kenya en tant que partenaire d’atterrissage au Kenya.

Le coût d’investissement initial du système de câble DARE1 est d’environ 86 millions de dollars US.

Ce projet de DARE 1 qui avait débuté en 2016 était prévu d’être opérationnel au mois d’avril 2021. Une délégation djiboutienne conduite par le directeur général de Djibouti Telecom, Mohamed Assoweh Bouh, s’est déplacée au Kenya il y a deux mois pour voir avec leur partenaire kenyan la raison pour laquelle le câble n’est toujours pas actif.

La délégation djiboutienne qui semblait déboussolée est retournée au pays et le Kenya qui a compris la cacophonie qu’il y a dans le projet DARE 1, a décidé d’investiture dans le projet de câble sous-marine chinois PEACE afin de combler son besoin immédiat.

Telkom Kenya, qui appartient en partie au gouvernement du Kenya, est le partenaire local officiel du câble sous-marin qui sera baptisé Pakistan and East Africa Connecting to Europe, PEACE.

Le câble appartient à Peace Cable International Network. C’est une société chinoise et une filiale du groupe Chengtong. Il a également été établi que le câble fournira le chemin le plus court entre la Chine et l’Europe et l’Afrique.

Mohamed Said Guedi, le bouc émissaire de Djibouti.

Comme il est de coutume dans le régime mafieux de Guelleh, il faut éviter de pointer du doigt le parrain de la maison et trouver un bouc émissaire pour les pots cassés.

Cette fois, c’est Mohamed Said Guedi, en mauvaise posture avec Guelleh, qui va payer les pots cassés du régime mafieux djiboutien. La preuve, des proches du procureur général, Djama Souleiman, nous ont prévenus que Mohamed Said Guedi est la cible principale d’Ismail Omar Guelleh sous prétexte que ce premier a saboté la réussite du projet DARE 1 en soudoyant les techniciens du projet.

D’autres membres du parti au pouvoir à Djibouti, le RPP, prétendent que Mohamed Said Guedi a sollicité 50 millions de dollars US pour céder le monopole de Somcable.

En tout cas, pour sauver sa peau Mohamed Said Guedi a versé des sommes importantes à de hauts cadres du service de renseignement de la Somaliland pour suivre tous les échanges entre Muse Bihi et Ismael Omar Guelleh.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared