USA /Monde/Afrique de l’Est : Le secrétaire d’État a partagé les détails de ses priorités en matière de droits de l’homme et de démocratie dans un câble envoyé aux ambassades américaines du monde entier.

USA /Monde/Afrique de l’Est : Le secrétaire d’État a partagé les détails de ses priorités en matière de droits de l’homme et de démocratie dans un câble envoyé aux ambassades américaines du monde entier.

Ad
FILE PHOTO: U.S. Secretary of State Antony Blinken speaks during the release of the « 2020 Country Reports on Human Rights Practices » at the State Department in Washington, DC, U.S., March 30, 2021. Mandel Ngan/Pool via REUTERS/File Photo

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, dit aux diplomates américains de faire de la promotion des droits de l’homme et de la démocratie une priorité, même dans les pays ayant des gouvernements autoritaires qui se trouvent être des alliés des États-Unis.

Les instructions de Blinken étaient étayées dans un long câble envoyé le vendredi 16 juillet 2021 aux ambassades américaines du monde entier. C’est une tentative de Blinken de transformer en objectifs spécifiques la rhétorique pro-droits de l’homme et la démocratie de lui-même et du président Joe Biden pendant la campagne présidentielle de 2020 et depuis son entrée en fonction.

Tandis que Blinken inclut quelques mises en garde prudentes sur la façon de traiter les alliés abusifs, le message dans son ensemble est une rupture avec la stratégie de l’administration de l’ancien président Donald Trump, qui a largement évité de critiquer les droits des gouvernements, comme l’Égypte, l’Arabie saoudite et Djibouti, dont la coopération des États-Unis avait besoin sur divers fronts.

Blinken énumère plusieurs priorités pour l’activité diplomatique des États-Unis à l’avenir, notamment : le renforcement des mouvements de réforme démocratique dans les pays stratégiquement importants et les partenaires américains proches ; donner aux citoyens les moyens de lutter contre les techniques de surveillance tout en favorisant leur accès à l’information ; lutter contre la corruption ; et prévenir les abus commis par les forces de sécurité à l’étranger, y compris celles que les États-Unis aident à armer.

Dans son câble, Blinken admet que les États-Unis devront faire des calculs minutieux pour équilibrer leurs « innombrables intérêts nationaux » avec le fait que certains de leurs proches partenaires internationaux sont des violateurs de droits, sans parler des dictatures.

Même en maintenant la relation avec de tels gouvernements, « nous devons toujours continuer à exprimer clairement nos préoccupations et chercher des moyens d’exercer une pression efficaces sur ces pays pour qu’ils respectent les normes démocratiques et les droits de l’homme », écrit Blinken. « Alors que dans certains cas, nous devrons ajuster la pression que nous appliquons pour éviter une rupture de la relation, il n’y a aucune relation ou situation où nous cesserons de soulever des problèmes de droits humains. »

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared