Djibouti: AVIS : L’avocat d’un pays africain est arrêté et radié des cabinet d’avocat de LONDRES

Djibouti: AVIS : L’avocat d’un pays africain est arrêté et radié des cabinet d’avocat de LONDRES

Ad

AVIS : L’avocat d’un pays africain est arrêté et radié des cabinet d’avocat de LONDRES

L’avocat a délibérément caché des preuves vitales. De nombreux facilitateurs sont prêts à sacrifier la moralité professionnelle et l’intégrité pour répondre aux besoins corrompus de dictateurs comme Ismaïl Omar Guelleh de Djibouti.

La disgrâce professionnelle de l’avocat britannique Peter Gray, ancien associé du cabinet d’avocats américain Gibson, Dunn & Crutcher, est un exemple notoire.

En 2015, l’État djiboutien a engagé l’avocat Peter Gray pour représenter ses intérêts dans une affaire engagée devant la cour haute commerciale royale de Londres contre l’homme d’affaires Abdourahman Boreh, rival potentiel d’Ismaïl Omar Guelleh — faussement accusé de fraude fiscale, et d’avoir ordonné une attaque terroriste à la grenade contre un supermarché de la ville de Djibouti, Nougaprix, en 2009.

M. Gray a cherché à geler 65 millions de livres des avoirs de M. Boreh et à l’extrader de Londres à Djibouti. M. Gray a volontairement induit en erreur un juge de la Haute Cour. L’avocat Gray a été surpris avoir truqué « falsification de la date » sur des preuves cruciales destinées à démontrer la culpabilité de M. Boreh dans l’incident de 2009, mais ça a eu un effet contraire et prouvé son innocence.

Le juge Flaux chargé de l’affaire a conclu à une « irrégularité sans équivoque, compte tenu de la nature des menaces » de la part de Gray, et a ordonné à la République de Djibouti ainsi qu’à Gibson, Dunn & Crutcher de payer conjointement à M. Boreh 880 000 £.

Gray a été rapidement suspendu du cabinet d’avocats américain et sert maintenant d’exemple moderne pour les avocats habitués à mentir sciemment au tribunal.

Pourtant, sa faute n’était finalement que le début d’une nouvelle carrière, travaillant pour d’autres clients moralement douteux et puissants de sa nouvelle société ADG Legal, basée dans la haute tour — Burj Tower à Dubaï. Son manque d’éthique professionnelle et sa volonté de prendre de l’argent à des dictateurs connus lui ont permis de se tailler une niche rentable.

Il faut se demander pour qui d’autre travaille-t-il, et à quelles fins ? Nous pouvons être sûrs que l’éthique professionnelle n’entravera pas le profit personnel lucratif.

Cet article ne reflète pas nécessairement les opinions des éditeurs ou de la direction de CAJ News Africa et de ses partenaires médias. — Actualités CAJ – 4 mai 2021

*******************************************************************************************

Version officielle en anglais :

OPINION: An African country’s lawyer gets caught and disbarred

LONDON – THE lawyer was found to have deliberately withheld vital evidence

There are many facilitators willing to sacrifice professional morals and integrity to serve the corrupt needs of dictators like Ismaïl Omar Guelleh of Djibouti.

One notorious example lies in the professional disgrace of British lawyer Peter Gray, a one-time partner at US law firm Gibson, Dunn & Crutcher.

In 2015 the Djibouti state hired solicitor Peter Gray to represent its interests in a UK case against businessman Abdourahman Boreh, a potential rival to Ismaïl Omar Guelleh — falsely accused of tax fraud, and of ordering a grenade attack on a supermarket in Djibouti city in 2009.

Mr. Gray sought to freeze £65 million of Mr Boreh’s assets, and extradite him from London to Djibouti. Mr Gray willingly misled a high court judge and was caught admitting to fudging “the error of the date” on crucial evidence intended to demonstrate Mr Boreh’s guilt in the 2009 incident, but which in fact instead showed his innocence.

The judge in the case found that there was “unambiguous impropriety, given the nature of the threats” on the part of Gray, and ordered the Republic of Djibouti as well as Gibson, Dunn & Crutcher to jointly pay Mr Boreh £880,000.

Gray was promptly suspended from the US law firm and now serves as a modern example to lawyers of the costs of knowingly lying to court.

Yet his malfeasance was ultimately just the beginning of a new career, working for other morally dubious and powerful clients from his new firm ADG Legal, based in the lofty Burj Tower in Dubai. His lack of professional ethics, and willingness to take money from known dictators, has allowed him to carve out a profitable niche for himself.

One must ask oneself who else may he be working for, and to what ends? We can be sure that professional ethics won’t get in the way of lucrative personal profit.

This article does not necessarily reflect the opinions of the editors or the management of CAJ News Africa and its media partners.

– CAJ News04 May 2021 https://www.africanpress.co.za/opinion-an-african-countrys-lawyer-gets-caught-and-disbarred/


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared