Djibouti/USA : Les coups bas du régime de Guelleh contre la base militaire de l’armée américaine à Djibouti.

Djibouti/USA : Les coups bas du régime de Guelleh contre la base militaire de l’armée américaine à Djibouti.

Ad

 Depuis une semaine, tous les travailleurs étrangers de la base militaire américaine à Djibouti, le Camp Lemonnier, sont refoulés dès leurs arrivées à l’aéroport international de Djibouti.

La police des frontières de Djibouti les oblige de faire un voyage de retour vers Addis-Abeba, soit un vol de1h30. Ces travailleurs étrangers sont actuellement installés dans des hôtels à la capitale de l’Éthiopie.

Les raisons invoquées par le régime de Guelleh, pour empêcher ces travailleurs étrangers de la base militaire américaine à Djibouti en retour de leurs congés, sont :

  • Carte de séjour de travail pour les étrangers non conformes aux règles.
  • Soupçon d’utilisation des fausses cartes de séjour de travail.

La Loi  N° 40/AN/19/8ème L relative aux conditions d’entrée et de séjour des étrangers en République de Djibouti du 21 janvier 2019 stipule dans son Article 19 que « les étrangers en séjour à Djibouti doivent être titulaires d’une carte de séjour délivrée par la Direction de l’Immigration. Pour ce qui est des diplomates en fonction à Djibouti, une carte de séjour diplomatique leur sera délivrée par la direction de protocole du Ministère des affaires étrangères. »

Les travailleurs étrangers en question dans cette histoire sont en majeure partie des personnes de nationalité indienne, philippine et kényane qui travaillent depuis des années dans la base militaire américaine à Djibouti, le Camp Lemonnier. Ces travailleurs refoulés de l’aéroport de Djibouti étaient de retour de leurs congés annuels.

Le directeur et d’autres hauts responsables de la société KBR-Djibouti, société qui détient le contrat de services de soutien des opérations de base militaire américaine à Djibouti du Camp Lemonnier, se sont déplacés le mercredi 23 mars 2022 à la direction de la police nationale de Djibouti afin de trouver une solution aux problèmes de leurs travailleurs étrangers refoulés à l’aéroport de Djibouti.

Le nouveau directeur général de la police nationale de Djibouti, le colonel Abdourahman Ali Kahin, a reçu, de par de la présidence de Djibouti, l’ordre de ne pas réceptionner les hauts responsables de KBR.

Comme dit l’état djiboutien, si les cartes de séjour de ces travailleurs étrangers de la base militaire américaine à Djibouti sont fausses, donc ou passaient le 2.4 millions de dollars US (1000 travailleurs étrangers multipliés par 2400 $ US par personne pour l’année) que la société KBR versait à la police de l’immigration djiboutienne ?

Depuis le jeudi 24 mars 2022, la société KBR-Djibouti a eu la proposition de certains officiers de la police, de proches cousins d’Ismaël Omar Guelleh, de faire rentrer clandestinement sur le sol djiboutien les travailleurs étrangers refoulés. Ils se feront déplacer de Dire-Dawa à Djibouti par le train et KBR-Djibouti versera à certains officiers de la police des pots-de-vin.

Des sources policières rajoutent que le directeur de la compagnie Halt Group, groupe qui chapeaute huit sociétés, dont Employment Agency of Djibouti — EAD, est une agence de placement du personnel, qui a obtenu un contrat auprès du camp Lemonnier.

La sécurité de la base militaire américaine, Camp Lemonnier.

Si des travailleurs étrangers pouvaient bénéficier des fausses cartes de séjour et peuvent rentrer sur le territoire djiboutien avec le concours des chefs de la police nationale, que ce qui empêche des terroristes comme Al-shabab à accéder légalement à la base militaire américaine à Djibouti comme l’action terroriste qui s’est passé à la base Halane, en Somalie, le mercredi 23 mars 2022 ?

Pourquoi cette affaire coïncide avec les tensions entre les États-Unis d’Amérique et l’OTAN d’un côté et la Russie et la Chine de l’autre ?

Sans oublier que la Chine a sa première base militaire à l’étranger à Djibouti et que le président de la République de Djibouti a établi de bonnes relations avec la Russie depuis quelques années.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared