Éthiopie : Le chef du Congrès populaire de l’Oromo témoigne de l’absence des libertés politiques devant l’UE et est arrêté à son retour à Addis-Abeba.

opc_oromo-peoples-congressLes autorités d’Addis-Abeba ont interpellé un responsable de l’opposition appartenant au groupe ethnique Oromo après son retour d’un voyage en Europe.il s’était déplacé en Europe afin de discuter des violations graves des libertés politiques dans son pays.

Merera Gudina est le chef du Congrès populaire de l’Oromo et s’est entretenue mercredi avec des membres du Parlement européen à Bruxelles.

La région Oromo de l’Éthiopie a été le centre des manifestations depuis plus d’un an, les Oromo étant en colère contre les expropriations des  terrains, les répressions brutales de la police et le manque de reconnaissance politique du gouvernement central d’Addis-Abeba.

Et les protestations constantes du peuple ont conduit le gouvernement central à déclarer un état d’urgence de six mois, qui a été violé, d’après Addis-Abeba, lorsque Merera Gudina a quitté le pays pour Bruxelles.

Un commandement chargé de la suivie de l’état d’urgence,  présidé par le Premier ministre et  composé à majorité des dirigeants de l’ethnie Tigré, a déclaré que Merera Gudina a violé les lignes directrices  de l’état d’urgence «en prenant contact avec des groupes terroristes».

« Compte tenu de cette violation, Merera est en garde à vue et une enquête est actuellement en cours », a déclaré le TPLF, le parti état.

Monsieur Gebru Gebremariam, du Congrès fédéraliste Oromo, a déclaré à Reuters: « Merera est arrivé à Addis-Abeba le matin du mercredi 30 novembre 2016 d’un voyage à Bruxelles où il a rencontré des membres du Parlement européen.  »

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Related Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :