Somalie/Djibouti : Les pourparlers entre la Somalie et la Somaliland à Djibouti ont franchi un palier avec des risques des répercussions sécuritaires négatifs…

Silanyo - Hassan Sheikh - Ismail Omar-hch24Les nouvelles négociations entre le gouvernement fédéral de la Somalie et la région autoproclamé de la Somaliland conduites par le président de l’Etat fédéral Hassan Sheikh Mahamoud et la présidente la région de Somaliland Ahmed Silanyo, ont franchi une nouvelle étape décisive au niveau des relations entre Hargeisa et pour la sécurité régionale.

Après de longues négociations, les deux parties se sont mis d’accord sur six points. Selon le communiqué finale des conclusions de la réunion, les deux parties se réuniront à nouveau en février 2015 pour progresser ensuite à de plus grands problèmes sur les mésententes entre les deux parties.

Les deux côtés, le gouvernement fédéral de la Somalie et l’administration du Somaliland, ont des grands intérêts dans ces discussions. Par exemple, le gouvernement fédéral veut convaincre les autorités du Somaliland à réintégrer à la grande Somalie tandis que l’administration du Somaliland, elle, veut rester indépendante du reste de la Somalie.

La Somaliland sait que le gouvernement fédéral n’acceptera pas de mettre en cause l’intégrité territoriale et l’unité de la Somalie, mais ce premier s’appuie sur des raisonnements historiques et de évènements qui vont de l’exclusion politique au massacre ciblé.

Raisonnements historique

Le président de l’autorité régionale somalilandaise, Ahmed Mahamod Silanyo, a dit : « Hargeisa fut la première à avoir eu l’indépendance et elle a attendu 9 jours l’indépendance de la Somalie du Sud. Elle y ait intégré de son plein gré afin de concrétiser le projet de la grande Somalie, mais aujourd’hui comme Djibouti, qui est indépendante depuis 1977, a rejeté ce projet, nous renonçons aussi au projet précité et recouvrons notre indépendance perdue en juillet 1960. »

Et dans une plaisanterie camouflée en coup politique, Silanyo s’adresse à Hassan Sheik Mahamoud et lui dit : « Qu’il nous dit si notre frère Ismaël Omar Guelleh est disposé à intégrer à la grande Somalie. »

Guelleh répond : « Pourquoi pas ? »

Des politiciens de la Somalie du Sud avec lesquels j’ai pu discuter dans une téléconférence somalienne m’ont confirmé qu’ils soutenaient l’indépendance de la Somaliland du moment que Djibouti aussi ne veut plus entendre le projet de la grande Somalie après le décès de Feu Mahmoud Harbi.

Je leur fais comprendre que Djibouti ne peut pas parce qu’elle n’est pas simplement peuplé de Somalis mas aussi d’une autre communauté, les Afars.

Je n’ai pas bien compris s’il s’agissait d’une méconnaissance de la géographie de Djibouti et un entêtement manifeste, mais ils insistent que Djibouti est un territoire Somalie.

Une erreur politique avec des conséquences négatives dans l’avenir dont nous devons y remédier le plus tôt possible.

NB : la deuxième partie de l’article exposera : la déstabilisation de la Somaliland et le risques sécuritaires sur Djibouti.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :