Djibouti: Lettre ouverte au président de l’USN Ahmed Youssouf Houmed au sujet des nominations…

Mahamed Robleh BouraleLettre ouverte au président de l’USN Ahmed Youssouf Houmed Monsieur le Président, Depuis de nombreux mois, nous menons un travail important en Belgique, au UK et en France. Les comités de soutien de l’USN et particulièrement en Belgique sont efficaces parce qu’ils ne sont pas partisans ! Ils se présentent comme une structure de la société civile. Tout le monde s’y retrouve, les membres des différents partis qui y sont tous représentés et ceux qui veulent militer mais ne sont pas et ne veulent pas être membres d’un parti. C’est aussi ultra important pour attirer des gens de l’extérieur et aux yeux des partenaires européens ou autres. En Belgique nous menons notre travail en parfaite collaboration avec le représentant officiel de l’USN en Europe qui, en quelques mois, a abattu un travail considérable avec des résultats concrets. C’était le cas lorsque Boreh était actif à Londres. Si Ali Deberkale a réussi à rassembler autour de lui, c’est grâce aux résultats politiques tangibles que personne n’a jamais obtenu. Mais c’est aussi parce qu’il vient de la société civile. Il ne roule pour personne et les gens le savent. Avec son réseau, c’est sa force. En nommant aujourd’hui des représentants de partis et des personnes qui sont liées de si près à des ennemis connus, ça casse la dynamique directement. Tout le monde est mécontent depuis hier.

Des gens vont nous quitter et on va perdre quelque chose qu’on a mis des mois à construire ! Vous ne pouvez pas l’ignorer et les conséquences sont prévisibles. Chaque parti a des représentants politiques nommés à l’extérieur comme il le veut. Pourquoi semer la confusion ?? Il est suicidaire de transformer tout à coup l’un d’entre eux en représentant de l’USN ! Vous ne pouvez pas ignorer la dimension politique d’un tel acte. Vous savez tous aussi que nous avons des relais et un soutien essentiel comme Dimitri Verdonck qui nous aident beaucoup. Si l’USN en Europe est mis en péril par des nominations politiques contraires à l’intérêt de l’USN et à son unité, il cessera de nous aider. Son engagement à nos côtés est possible parce qu’il croit à l’unité de l’USN. Les nominations cassent cette unité et impliquent le départ prévisible de Dimitri Verdonck à nos côtés. On ne peut pas se le permettre. Par ailleurs nous n’avons aucun besoin de représentants en plus. Rien ne le justifie. Le représentant en Europe a des liens, il a un réseau, il va régulièrement à Paris et ailleurs rencontrer des gens importants. Il doit compter sur les partis qui sont représentés et sur la société civile qui s’organise en comité de soutien.

Pourquoi maintenant apporter de la confusion, à l’intérieur comme à l’extérieur ? Pourquoi casser quelque chose qui marche si bien comme ça ? En France et en particulier à Paris, il y a clairement des problèmes d’ego d’un côté et d’organisation de l’autre. On ne peut mettre en péril tout notre combat à cause de cela. C’est parfaitement disproportionné. Nous avons majoritairement proposé l’élection d’un coordinateur des comités de soutien en France où les choses paraissent si difficiles. Une désignation qui vient de Djibouti est non seulement contraire aux intérêts de la lutte mais aussi aux souhaits de la diaspora militante en France ! Pourquoi imposer des choses a des gens dont on a besoin ?? Vous devez également savoir que les personnes choisies sont des personnes qui divisent. Si vous ne faites pas marche arrière, c’est une erreur qui va coûter très cher.

Ces personnes ont montré leur incapacité à rassembler. À chaque occasion, ces personnes ont suscité la division. Ce n’est même pas un jugement de valeur, c’est un simple fait. Regardez comment les choses viennent de se passer à Paris !… La personne désignée pour représenter l’USN en France passait des coups de téléphone pour interdire aux djiboutiens de participer à la conférence du samedi !!!… Ce n’est pas sérieux et ce n’est pas digne de la fonction à laquelle il aspire. La désignation de ces personnes, c’est la fin de l’USN en Europe. Il faut le savoir et assumer que c’est bien cela que vous souhaitez. Guelleh crie sur tous les toits que la fin de l’USN approche et vous lui donnez raison. En Europe, en Belgique, en France et aussi à Paris, nous ne comprenons pas et demandons de trouver une solution urgente pour éviter le pire. Nous tenons à réitérer notre proposition : nommer des coordinateurs des comités de soutien et non des représentants. En Espérant être entendu, veuillez agréez Monsieur le Président l’expression de nos salutations. Les Comités de Soutien de l’USN Europe

Mahamed Robleh Bourale

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.