Djibouti : A Paris, IOG panique devant la détermination de l’opposition

USN 01

Le matin du 6/12/2013 vers 9heure une centaine des opposants, des militants de droits de l’homme et des dirigeants de la société civile se sont retrouvés devant la maison d’IOG à Paris.

Yonis Houssein, représentant UDJ en Europe- doyen de l’opposition en UK, et Med Doubad, dirigeant de la collective Halgan- cadre syndical djiboutien en exile, nous ont donné leurs témoignages sur l’évènement précité : « à 9h les manifestants se sont regroupés devant la maison d’IOG à Paris avec des banderoles portant les slogans – libérez les prisonniers politiques et les oulémas – dégage Guelleh dictateur. Ont participé à cette action coup de poing des manifestants de toute mouvance et venus de toute l’Europe. Vers 10h arrive une armada bien équipé de la police française  qui a été obligé de déplacer les contestataires parce que IOG avait, dans une panique totale, passé plusieurs coup de fil pour sollicité la protection des forces françaises à Valls, ministre de l’intérieur, et Holland, le président de la France. »

Les activistes ont continué leur mouvement pour l’instauration d’un état de droit à Djibouti et se sont déplacés à la place de la paix afin de tenir une manifestation unitaire en présence des médias internationaux et des organisations des défenses des droits de l’homme.

Cette manifestation très dynamique qui a regroupé presque tous les organisations (le FRUD, l’UGUTA-TOOSA, l’ADD, l’ARDHD, USN, HALGAN, UDDESC,) a pris fin vers 16h 30.

À 17h 30 toutes les organisations politiques et autres ont regagné la maison de l’Afrique. Là s’est tenue la troisième activité de la journée. Tous les mouvements ont participé à une conférence de presse interactive que tout le monde y a contribué de plein cœur et avec motivation.

Ce qui a été aussi intéressante pendant cette journée fut la présente de la diaspora djiboutienne de toute l’Europe.

Le samedi 7 décembre 2013, la deuxième journée des militants des djiboutiens de la diaspora, a lieu à la salle de presse de la mairie du 2ème arrondissement de Paris un colloque sur la situation politique et des droits de l’homme à Djibouti à laquelle d’imminentes personnalité de la politique européenne, de la politique djiboutienne et de la société civile ainsi qu’un groupe des militants tchadiens conduit par le blogueur Makaila y ont à tour de rôle exposé leurs point de vu.

Le représentant de l’ACP asbl avait présenté aux participants une résolution hostile au régime djiboutien que le parlement belge avait adopté sur la base de celle déjà voté au parlement européen. Il a ajouté et confirmé que de telles résolutions risquées de passer devant des parlements de différents pays occidentaux.

Le colloque s’est conclu par une intervention énergique de Saida Patrick, doyenne de la lutte pour la démocratie dans la diaspora djiboutienne, et d’une minute de silence pour Nelson Mandela, l’apôtre de la lutte pacifique en Afrique.

Hassan Cher

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.