Éthiopie : L’état régional Amhara risque de se diviser en deux ou trois états si la répression contre les Agaw, Argoba et Qemant persiste.

L’insécurité et les désordres dans l'État régional d'Amhara, au Nord-Ouest de l'Éthiopie, s’empirent de jour en jour. L'État est une fusion d'environ sept groupes ethniques, notamment Amhara, Agaw, Qemant, Argoba, Shinasha, Kamir et Oromo. La population est estimée à environ 22 millions de personnes, ce qui en fait le deuxième État régional en importance. Les Agaw et les Qemant constituent, dans l’état Amhara, le deuxième groupe ethnique en importance depuis plus de 25 ans.

Le parti au pouvoir, l'ANDM, dominé par Amharas, tente depuis plusieurs années de réprimer Agaw et Qemant par la force, des arrestations, des actes d'intimidation et d'autres tactiques douteuses, mais cela n'a pas empêché les populations d'Agaw et de Qemant de réclamer leurs droits. Au cours des quatre dernières années, les Qemant ont manifesté leur frustration dans les rues et auprès du gouvernement fédéral; cependant, le gouvernement régional de l'État d'Amhara a riposté par une répression meurtrière, tuant de nombreux Qemants, dont certains des dirigeants politique et coutumiers. Des centaines de dirigeants et de militants Qemant croupissent dans des prisons à travers l’état régional Amhara. Maintenant, les autres groupes ethniques comme les Argoba ne veulent plus rester dans l’administration de l’état régional Amhara.

Les Amharas ont dominé la politique éthiopienne pendant environ 80 ans, ce qui leur a donné l'avantage de jouir d'un meilleur statut socio-économique dans le pays. Ils ont également élargi leur région en annexant de vastes étendues de terres et en les incorporant à leur État. Ils  ont en place une politique de lavage identitaire en imposant à la population éthiopienne la langue Amhara comme la seule identité éthiopienne valable. Une expression de l’état Amhara disait « Amhara signifie Éthiopie et Éthiopie signifie Amhara ». L’amharique était devenu la langue officielle du pays et il était interdit aux autres communautés l’utilisation de leurs propres langues maternelles. 

Les Amhara qui ont la nostalgie de l’époque dont ils dominaient l’Éthiopie, sabotent depuis quelques mois les piliers du fédéralisme et revendiquent la disparition du fédéralisme et le retour du pouvoir central. Ils ont ressorti l’ancien drapeau de l’Éthiopie et ont remplacé l’actuel dans toute la région Amhara. Toutes ces actions des élites amharas consistent à dénigrer le système fédéral. C’est aussi un stratagème de détourner l’attention de ce qui se passe dans l’État régional lui-même, où les peuples Agaw, Argoba et Qemant sont sur le point d’avoir leur propre État. Cela signifie diviser l’État régional Amhara en deux ou trois parties.

De l’autre côté, la tension avec son voisin immédiat, l’État le plus stable d’Éthiopie, le Tigré, s’accentue. Les Amharas revendiquer la ville  d’Alamata. Ils ferment également par intermittence la route qui relie l’État de Tigrai à Addis-Abeba. La tension de provocation continue de monter entre les États de Tigrai et d’Amhara. Si le gouvernement fédéral ne prend pas de mesures concrètes, il aura une guerre sanglante entre ces deux états régionaux.

Hassan Cher

 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :