Éthiopie : La tension entre la région Tigré et Amhara est montée d’un cran sur la question des districts Wolkayit, Tsegedye, Tselemti, Raya et Adi-Arkaï

Des politiciens tigréens n’arrêtent pas de tenir les discours suivants depuis la fin du mois d’octobre 2018 : « Le gouvernement fédéral doit mettre fin à la folie dans l’État d’Amhara avant qu’il ne soit trop tard. La patience de la population de Tigré est limitée et le gouvernement de Tigré et ses habitants ne resteront pas assis à attendre qu’ils soient envahis. Les peuples Wolkayit, Tsegedye, Tselemti, Raya et Adi-Arkai sont fatigués de la menace des Amharas. L’État régional d’Amhara et certains groupes extrémistes Amhara tentent désespérément de déstabiliser l’État de Tigré. Les activistes d’Amhara et certains de leurs politiciens sont déterminés à démanteler le système fédéral en Éthiopie et à dissimuler les questions des tensions d’identité légitimes des nombreux groupes ethniques qui ont été incorporés de force à l’état régional Amhara. »

Les groupes Agaw et Qemant sont les plus grands groupes qui demandent depuis des années d’avoir leur propre État. La terre des Agaw s’étend de Wello à l’Est jusqu’à Gojam à l’Ouest et comprend la ville historique de Lalibela qui a été construite par les rois Agaw au XIII ème siècle. La terre de Qemant est limitrophe de l’Agaw au Sud-Est, au Nord à l’État de Tigré, au Sud les Amharas et à l’Ouest le Soudan. En détruisant le système fédéral en Éthiopie, les Amharas pensent pouvoir supprimer les questions concernant Agaw, Qemant, Argoba et d’autres groupes ethniques. Ils pensent qu’ils peuvent empêcher la division de l’État appelé Amhara, mais c’est un fait inévitable.

Les militants d’Amhara, avec le soutien total des politiciens de l’état, accusent la région Tigré d’être derrière les tensions ethniques dans la région Amhara et d’encourager les ethnies non Amhara de se révolter et de se séparer du kilil 3.

La région Tigré accuse l’État d’Amhara de dépenser des millions de dollars pour financer des fausses questions d’identité dans leur région et même d’avoir envoyé des groupes armés à Raya Qobo ces derniers jours pour provoquer la population de Tigré.

Des hauts responsables politique de Tigré ont fait savoir que : « La population de Tigré est très patiente, mais la patience de chacun est limitée et la population et le gouvernement de Tigré ne resteront pas les bras croisés et n’attendront pas qu’ils soient envahis. Il est temps que le gouvernement fédéral éthiopien mette fin à la folie dans l’État d’Amhara avant qu’il ne soit trop tard ».

Les questions d’identités risquent d’enflammer l’Éthiopie sans oublier que le parlement des Région des nations, nationalités et peuples du Sud a voté positivement aujourd’hui la demande de Sidamo d’être le kilil 10 de l’Éthiopie soit une nouvelle région à part entière. Pour la concrétisation de la population sidamo, le parlement fédéral doit lui aussi voter effectivement le projet de sécession.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :