Mer Rouge : Les pétroliers sont confrontés à des risques majeurs de sécurité à l’entrée de la mer Rouge, Bâb-al-Mandeb.

mer-rouge-red-seaEn novembre 2015, le consultant en sécurité maritime britannique Ambrey Risk a averti que la baisse des incidents  de piraterie médiatisés dans le golfe d’Aden ne devrait pas faire baisser les gardes et faire croire aux armateurs  que leur cargaison est désormais sans risque et sans danger.

Aujourd’hui, près d’un an plus tard, une récente vague d’attaques contre des navires de la marine et des pétroliers marchands au large du Yémen suscitent des inquiétudes quant à la sécurité du pétrole et du gaz commercial dans le détroit de Bâb al-Mandeb, Entre la Méditerranée, le canal de Suez et l’océan Indien. Le détroit relie la mer Rouge au golfe d’Aden, un canal nature de 30km de large entre Djibouti et le Yémen.

La semaine dernière, un navire-citerne transportant de GNL du groupe Teekay « a connu une attaque de piraterie au large des côtes du Yémen », selon un porte-parole du groupe, décrivant ce qui a été la première attaque sur un navire commercial dans la région en trois mois.

Bien que la firme de sécurité maritime britannique MAST ait déclaré à l’époque qu’il n’était pas «clair» s’il s’agissait d’une attaque terroriste ou d’une piraterie, l’attaque met en évidence les risques substantiels que le commerce du pétrole et du gaz dans la région fait face, Avec la guerre civile qui fait rage au Yémen.

Le Yémen a été le théâtre d’une guerre de procuration entre l’Arabie saoudite et l’Iran après que les rebelles houthis alliés à l’Iran ont forcé le président du Yémen Abd-Rabbu Mansour Hadi à fuir en Arabie saoudite, voisin du Yémen. La communauté internationale reconnaît Hadi comme le chef légitime du Yémen. Depuis mars 2015, les rebelles Houthi et loyalistes à Hadi ont combattu au Yémen et les forces d’une coalition arabe dirigée par l’Arabie tentent de rétablir Hadi au pouvoir.

Alors que les experts sont divisés sur qui est derrière la dernière attaque sur le navire méthanier Teekay, le détroit de Bab al-Mandeb a vu le commerce du pétrole croître régulièrement ces dernières années, ce qui signifie encore plus de pétrole  à risque. Selon l’Administration américaine de l’information sur l’énergie (EIA), le commerce du pétrole brut et des produits pétroliers ont grimpé à près de 4,7 millions de barils par jour en 2014, soit près du double des 2,7 millions de barils en 2010.

Aujourd’hui, des experts en sécurité maritime et des observateurs politiques mettent en garde les compagnies et leur recommandent à être plus vigilantes avec leurs cargaisons qui traversent le détroit de Bab-al-Mandeb

Les tensions ont également augmenté au cours des dernières semaines, après que les navires de la marine américaine ont subi des attaques des missiles au large des côtes yéménites.

Des experts occidentaux de la sécurité maritime doutent que l’Iran utilise ses liens avec les combattants au Yémen dont les Houthis en premier pour tenter de perturber le commerce dans la région.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Related Posts

Comments are closed.