Djibouti / Éthiopie : Enfin !!! Une date de naissance complète et un anniversaire pour Ismaël Omar Guelleh.

iog-clown-nouvelle-date-de-naissanceRisible mensonge : le sanguinaire Guelleh n’est pas né un 27 novembre 1947 à Diré-dawa mais vers 1944 à Aicha’a.

A ce qui paraît, aujourd’hui est l’anniversaire de la naissance de Guelleh. En tout cas, c’est ce que croit savoir la petite agit-prop qui le soutient. Depuis hier-soir, on voit en effet fleurir sur les réseaux sociaux leurs messages de bon anniversaire à l’endroit de leur chef IOG. Au risque de décevoir les thuriféraires du criminel Guelleh, il nous faut rétablir la vérité: IOG n’est pas né un 27 novembre 1947 à Diré-dawa mais bien vers 1944 à Aicha’a. Ah les pauvres, ils vont être déçus. Qu’ils se rassurent, ils peuvent toutefois souhaiter « un joyeux anniversaire » à leur maître à la Saint-Glinglin.

« Tin xalaal ah maleh » chantait le célèbre artiste et concepteur de l’hymne national, Abdi Robleh Qarchileh dans une de ses chansons engagées où Il parlait de la nature néfaste du despote Guelleh. Pour IOG, mentir est sa seconde nature. Cet être néfaste excelle même dans l’art du mensonge et aussi celui de travestir les faits. Mais, les faits sont têtus et nul ne peut les farder.

A noter qu’il y a une seule chose vraie dans sa biographie, c’est sa naissance hors de notre territoire. Ismail Omar Guelleh est en fait né en Éthiopie, ce grand pays limitrophe. Tout le reste de sa bio n’est qu’une grotesque réécriture. Pour connaître la vraie histoire de cet individu, il faut lire l’excellent livre de notre compatriote Marwo Warsama Adoyta qui a consacré une biographie sans concession sur le personnage mais aussi a fait une radioscopie sur son régime. Dans son livre intitulé « A Djibouti, une dictature amie », elle relate dès les premières pages l’enfance d’Ismail Omar Guelleh. Voici un extrait : « Officiellement, Ismail Omar Guelleh naît le 27 novembre 1947 à Diré-dawa en Ethiopie. En réalité, ce Somali Issa Mamassan voit le jour quelques années plus tôt, en 1944, à Aicha’a, petite localité ferroviaire éthiopienne située près de Djibouti que de Diré-dawa. Son père, agent au chemin de fer franco-éthiopien (CFE), futur Chemin de fer Djibouto-éthiopien (CDE), est le fils de Guelleh Ahmed Omar dit Guelleh Betel, pasteur nomade venu se sédentariser à Djibouti, alors colonie française connue sous le nom de Côte française des Somalis (CFS). Guelleh Betel fait partie de ces anciens recrutés par l’administration coloniale et rétribués comme akels (sages en arabe) pour le contrôle social des colonisés. Il est même l’un des plus appréciés son servitude et mieux payés pour ses services, ce qui vaut une certaine bienveillance coloniale à sa progéniture, notamment Omar, père d’Ismail. La mère d’Ismail, Moumina Rirache Rayaleh, est une femme somalie au foyer du clan Samarone. Elle est la seconde des quatre épouses d’Omar Guelleh.

Ismail Omar Guelleh passe les premières années de sa vie à Aicha’a, avec ses parents et sa fratrie. C’est à Aicha’a qu’il va à l’école. Il y va à la madrasa ou école coranique. A la madrasa, Ismail Omar est un apprenant moyen.

Plus tard, la famille d’Ismail Omar Guelleh s’installe à Diré-dawa. C’est là qu’il est inscrit à l’école laïque. Il va à l’Alliance française de Diré-dawa. Ismail Omar Guelleh est un élève moyen, qui ne se montre pas particulièrement motivé pour les études.

« Le mensonge, quelles que soient les intentions de celui qui l’exerce, n’en demeure pas moins quelque chose de vil en soi, parce qu’il est mauvais dans sa forme même » disait Kant. Tout est dit.

IOG doit partir


 Share

Share this post:

Related Posts

Comments are closed.