Djibouti : l’échec de la manifestation des miliciens pour le 4ème mandat présidentiel du dictateur Guelleh

échec du manif 4ème mandat d'IOGLes miliciens, obligés, familles et sympathisants d’intérêts du régime de Guelleh  hostiles à la naissance d’une démocratie et de l’état des droits à Djibouti ont peut-être organisé l’une de leur dernière manifestation aujourd’hui, victimes d’une totale absence de politique sociale, comme de mots d’ordre et de comportements absurdes et contre productifs. Ainsi aujourd’hui encore, les obligés du régime ont attaqué le fondement de la nation – pendant que les citoyens se démener contre la pauvreté.

Dans la foule, des drapeaux d’association et des groupes sociaux inexistants ou fabriqués pour les circonstances devant l’esplanade de 100metre carré du Palais de Peuple. Le mouvement orchestré par Ismaël Omar Guelleh en personne avant son départ en Inde a très clairement raté sa politisation sur une ligne très floue et visiblement peu fédératrice, marqué par un étrange tournant pro-chaotique. Plusieurs passages des interventions sur l’esplanade ont été consacrés uniquement à la propagation de la haine à l’égard des démocraties occidentales et de l’opposition djiboutienne, jusqu’aux prises de parole dans des langages proches de ceux des radios milles collines à l’époque du malheur de Rwanda, très loin des problèmes de la future autoproclamations de Guelleh à la haute magistrature du pays en 2016.

Le RPP, ou parti au pouvoir, a été qualifié de plus extrémiste des dictatures par certains observateurs, ce qui explique certaines avancées positives dans la politique de la pauvreté forcée imposé au peuple, dans la répression d’opinion et la violation systématique des droits de l’homme. L’une des banderoles des miliciens appelés à manifester proclamait : « Pour la patrie, la paix, la défense de la nation et pour la politique dominante de Guelleh ». Des propos incohérents et semblables à ceux visibles dans le passé dans les manifestations des Jeunes Patriotes de Charles Blé Goudé en Côte-d’Ivoire.

Le 1er novembre 2015 fut un revers inébranlable pour le régime de Guelleh. Bien qu’il ait mis le paquet, financièrement et matériellement, l’effet escompté n’était pas visible sur l’esplanade du palais de dépeuplement de Djibouti. La police a estimé à 500 miliciens quand des observateurs neutres ont évalué les nombres des manifestants pro-dictature entre 300 à 400 individus.

D’après des informations reçus de la présidence djiboutienne, Guelleh très irrité s’en prit à ILyas Dawaleh et le petit ministre Badoul qu’il a qualifié des pros-oppositions cachés dans son gouvernement. Il  a même annoncé que des têtes tomberont.

Les frustrations encaissées devant l’échec de cette manifestation pour le 4ème mandat de Guelleh à la présidence de Djibouti seront sûrement visibles dans la répression du peuple qui est un antidouleur pour la souffrance de l’esprit et de l’âme de Guelleh.

«L’échec fait souffrir le régime mafieux de Guelleh et doit inspirer le peuple.»

Hassan Cher Hared

 

Vidéo démontrant l’Échec de la manifestation des miliciens pour le 4ème mandat présidentiel du dictateur Ismaël Omar Guelleh, 1 novembre 2015:


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.