Somalie: un attentat terroriste avec intention précise et non revendiqué fait plus de 600 victimes à Mogadiscio.

Le samedi 14 octobre 2017 à Mogadiscio vers 15h 30 minutes de l’après-midi un camion bourré du TNT, des bidons d’essence, des clous, des morceaux de fer et des bonbonnes de gaz explose à un carrefour connu sous l’appellation « Zope carrefour ».

À ce carrefour se trouve l’hôtel Safari, où se tienne régulièrement des réunions des dirigeants de l’état somalien. Ce samedi se tenait une réunion où il était question de la nouvelle instabilité qui secouait l’état régionale de Galmuudug. La majorité des fonctionnaires, des politiciens et des sages qui sont présents à la réunion sont du clan Habargidir/Hawiye. Et les personnes décédées ou blessés sont la majorité du clan précité.

L’explosion à complètement détruit l’hôtel Safari, l’hôtel Shamo, le bâtiment de la société téléphonique Hormuud Telecom, la banque privée somalienne Salaam Bank et les bureaux du ministère des affaires étrangères de la Somalie. Il a détruit  aussi par le feu à une station d’essence, le siège du Comité international de la Croix-Rouge, le restaurant Fadxi, le centre commercial Zope Building et le Bar ou buvette Dhagoray.

Plusieurs voitures de transport public se sont enchevêtrées et les personnes utilisateurs meurent dedans sous les projectiles de l’explosion ou le feu qui consume les voitures.

Les dégâts matériels et humains de l’attentat terroriste de Mogadiscio sont visibles dans un rayon de 1.5 kilomètre. La caissière de l’hôtel Jazira, hôtel situé à 1.6 km du carrefour Zope, est décédée suite à un projectile émanant de l’attentat à un moment ou elle était seule à la caisse de l’hôtel Jazira.

Le camion qui circulait sur l’avenue Afgooye en direction du Sud-Est accélère dès qu’il arrive et le terroriste utilise le camion qui a explosé d’abord comme voiture bélier et écrase sur son passage les piétons sur une distance de 450 mètre, soit jusqu’au carrefour Zope où il actionne l’explosion.

Le camion de la mort est passé devant autant des lieux commerciaux et administratifs qui pouvait servir de cible (hôtel diplomatic, hôtel Ramaada, Hôtel Amiira, Centre commercial Bandar Wanag, les restaurants Al-Baik, Cadaani, etc…) et où il pouvait faire autant des victimes mais il est clair qu’il avait une cible bien précise.

Le camion utilisé pour l’attentat terroriste meurtrier du samedi 14 octobre 2017 fait partie d’une dizaine d’anciens camions militaires de l’armée italienne connu sous le nom de TRM 4000 – French Medium Truck de 4 tonnes. Les individus qui ont acheté ces camions en Italie sont presque tous des ethnies Hawiye et Reer-Aw-Hassan. Ces camions n’ont pas été achetés pour réaliser des attentats mais pour les transports des marchandises entre les villes. Il semble que l’un des acheteurs vient de se faire interpeller à Rome par la sécurité italienne.

Des informations officielles non publiés confirment que les victimes de l’attentat terroriste  dépassent la barre de 500 individus, soit 334 blessés, 262 décès et une cinquantaine de portée-disparu. C’est l’attentat terroriste le plus meurtrier de l’histoire de la Somalie, un pays a connu une centaine d’attentat en 12 ans, soit depuis l’arrivée du président par intérim de la Somalie à Baidoa en 2015 (Abdullahi Yusuf) où le premier attentat avait ciblé le gouvernement fédéral de transition – GFT.

Le matin du dimanche 15 octobre 2017 la grogne du peuple palpable dans la ville de Mogadiscio parce qu’Al-shabab n’a toujours pas revendiqué l’attentat en question, des informations accusant des hauts responsables du gouvernement fédéral de la Somalie circulent et l’état n’a toujours pas publié un communiqué officiel des premières éléments de son enquête.

D’ailleurs le président de la Somalie, Mohamed Abdullahi Mohamed dit Faarmajo, qui a eu une réunion de travail ce matin de dimanche 15 octobre 2017 avec les dirigeants du service de renseignement somalien, NISA, de la police et de l’armée, les a menacés de licenciement si dans les 48 heures il n’avait pas des informations crédibles sur l’attentat terroriste meurtrier du 14 octobre 2017.

La nervosité et l’inquiétude du président de la Somalie est justifié parce que des membres du clan Habargidir/Hawiye commence à pointe du doigt sur lui et son premier ministre, Hassan Ali Kheyre.

Les hôtels Safari et Shamo, différents lieux de commerce et les habitations situés tout autour du carrefour Zope appartiennent au clan Habargidir/Hawiye.

De l’autre côté, le terroriste qui conduisait le camion qui a explosé au carrefour Zope le samedi 14 octobre 2017, un ex vendeur de l’essence dans le secteur du carrefour Zope,  est du clan Maroorsade/Hawiye tel que l’actuel premier ministre de la Somalie, Hassan Ali Kheyre.

Si le gouvernement somalien n’arrive pas à prouver que l’instigateur de cet attentat est le groupuscule extrémiste religieux Al-shabab ou qu’Al-shabab ne revendique pas, il y a risque qu’une guerre éclate, à Mogadiscio, entre le clan Habargidir/Hawiye, le clan des victimes, et le clan du terroriste, Maroorsade/Hawiye.

D’autres sources disent que le camion de la mort était destiné à exploser au nouveau camp militaire que la Turquie avait construit dans le secteur de la route Jazira.

Dans tout le cas ce qui as surpris les élites somaliens c’est les manifestations populaires que le gouvernement fédéral de la Somalie a organisé le dimanche 15 octobre 2017. Alors que l’état ne dispose pas encore des éléments confirmant l’implication d’Al-Shabab dans cet attentat terroriste, les représentations de l’état qui guidaient les manifestations scandaient : « à mort Al-Shabab ! Nous ne voulons pas des terroristes ».

 À suivre…

Hassan Cher

Vidéo de l’attentat terroriste à Mogadiscio 14-10-2017

Photos de l’attentat terroriste à Mogadiscio 14-10-2017
Attentat - Mogadiscio


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.